Hollande et Merkel en froid à Bruxelles

le
0
Leur dialogue de sourds jusqu'à l'ouverture du sommet européen faisait craindre une réunion pour rien.

Le bras de fer public a duré jusqu'à ce que les portes se ferment sur un huis clos. S'accusant mutuellement de chercher le mauvais débat, François Hollande et Angela Merkel ont jeté jeudi une ombre sur les premières heures du sommet européen à Bruxelles.

La partie a commencé devant le Bundestag. Juste avant son départ, la chancelière a vigoureusement relancé son ambition de confier à Bruxelles un droit de veto sur les budgets et les déficits des États de l'euro, France comprise. Dans la foulée, elle a fait savoir qu'elle n'attend «pas de décision concrète» du sommet sur la priorité de François Hollande: une avancée décisive vers une supervision européenne des banques, d'ici à la fin de l'année. Elle insiste: «Il s'agit de poser les bonnes questions.»

La réplique du président français n'a pas tardé: «Le sujet, c'est l'union bancaire et pas l'union budgétaire», a lâché le chef de l'État lors d'un déjeuner avec les dirigeants du Parti socialiste euro

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant