Hollande et Letta font front commun avant le Conseil de décembre

le
0
FRANÇOIS HOLLANDE ET ENRICO LETTA FONT FRONT COMMUN AVANT LE CONSEIL EUROPÉEN DE DÉCEMBRE
FRANÇOIS HOLLANDE ET ENRICO LETTA FONT FRONT COMMUN AVANT LE CONSEIL EUROPÉEN DE DÉCEMBRE

ROME (Reuters) - François Hollande et Enrico Letta ont affiché mercredi un front commun sur les grands thèmes du Conseil européen de décembre, indiquant qu'ils défendraient une position commune sur l'union bancaire, un dossier sur lequel Paris et Berlin peinent à s'accorder.

Les deux dirigeants, réunis à Rome pour un sommet franco-italien, ont émis des propositions difficilement acceptables pour l'Allemagne dans le cadre du futur mécanisme de résolution des crises bancaires.

Ils ont ainsi répété leur volonté que le fonds de secours de l'UE, le Mécanisme européen de stabilité (MES), puisse recapitaliser directement les banques défaillantes, une option rejetée par de nombreux responsables politiques allemands.

Un accord politique au Conseil de décembre est largement souhaité en Europe et sur les marchés financiers car il permettrait de mettre sur les rails l'union bancaire avant la pause législative due aux élections européennes.

Le rapprochement du chef du centre gauche italien et du socialiste français intervient alors que l'Italie prendra la présidence tournante du Conseil européen au second semestre 2014.

Le président du conseil italien a invité Paris à le rejoindre pour faire en sorte que le mandat italien soit le point de départ, après les élections européennes de mai, "d'une législature de la croissance".

"Nous voulons laisser derrière nous la législature de l'austérité", a dit Enrico Letta lors d'une conférence de presse commune avec François Hollande.

"Nous avons décidé de travailler de façon à ce que la présidence soit italienne mais également franco-italienne", a-t-il ajouté.

L'Italie aura un rôle de médiateur à jouer dans la distribution des postes à la Commission européenne où la France lorgne les portefeuilles de l'Energie ou des Affaires économiques.

La France songe aussi, dit-on de source diplomatique, à réclamer le poste de président à plein temps de l'Eurogroupe que les deux pays souhaitent créer après les élections européennes.

François Hollande s'est néanmoins défendu de quitter le traditionnel axe franco-allemand.

"On peut avoir de bons rapports avec l'Italie et garder de bonnes relations avec l'Allemagne", a-t-il dit.

Enrico Letta et François Hollande ont répété leurs critiques contre les politiques d'austérité et ont plaidé pour que le sommet de Bruxelles s'accorde pour aménager la directive "détachement", accusée d'encourager le dumping social dans l'UE.

Julien Ponthus, édité par Jean-Baptiste Vey

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant