Hollande et les jeunes : le vrai bilan

le , mis à jour à 08:20
0
Hollande et les jeunes : le vrai bilan
Hollande et les jeunes : le vrai bilan

Certes, une partie des postes sont occupés par des contractuels. Certes, les enseignants-stagiaires sont comptabilisés, alors qu'ils ne sont pas à plein temps devant les élèves. Il reste que le projet de loi de finances de 2017, dévoilé hier, grave dans le marbre l'une des promesses phares de François Hollande. Actant la création de 12 842 postes dans l'Education nationale, il porte à 60 000 le nombre de postes créés durant le quinquennat. Le président de la République, qui s'était engagé durant sa campagne de 2012 à « remettre l'éducation et la jeunesse au cœur de l'action publique », était attendu au tournant.

 

La présidence les a déçus

 

« C'est pour la jeunesse de notre pays que je veux présider la France », déclarait-il le 22 janvier 2012, lors de son fameux discours du Bourget. François Hollande promet d'encadrer les stages, d'augmenter les allocations d'études, de mettre en place des « solutions de formations » pour les décrocheurs de moins de 18 ans. Autant d'engagements tenus. Et pourtant... Quatre ans plus tard, même le ministre de la Jeunesse, Patrick Kanner, le reconnaît : « Personne ne peut nier que les jeunes aujourd'hui n'accordent plus la même confiance au gouvernement. »

 

Les causes de ce rejet sont multiples, diffuses. Elles se fondent autant sur une défiance à l'égard de la classe politique en général que sur une déception : ils l'espéraient plus rose, ce président. Mais il les a déçus. Le premier différend survient en octobre 2013. Une jeune Rom, Leonarda, 15 ans, est exfiltrée d'un bus scolaire manu militari par les forces de l'ordre. Un an plus tard, la mort de Rémi Fraisse, militant écologiste victime d'une grenade lors d'une manifestation contre le barrage de Sivens, accentue le fossé. Ils n'auraient pas cru cela possible sous un gouvernement socialiste. Pas plus que la loi Travail, contre laquelle ils se mobilisent en masse.

 

A sept mois de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant