Hollande et l'art très exigeant de la méthode Coué

le
0
Il est plus difficile de gouverner par la persuasion qu'à coup de décrets.

Le style parlé est toujours le même, saccadé et un peu boiteux. «La reprise, elle est là», nous a annoncé cet été le chef de l'État, tout comme l'hiver dernier il nous avait affirmé que «la crise de la zone euro, elle est derrière nous». De telles déclarations ont en général le don de susciter moqueries et quolibets. Les commentateurs parlent alors de «méthode Coué». Dans leur bouche, c'est ironique et péjoratif, ils dénoncent ainsi un déni de réalité: on accuse notre président de croire que ses désirs seront exaucés à partir du moment où il les exprime. Mais ces bons esprits se trompent.

Il faut au contraire louer la méthode Coué et plus généralement toutes les démarches qui visent à la persuasion plutôt qu'à la contrainte. En matière de politique économique, c'est même essentiel, car fondamentalement l'alternative est simple pour un gouvernement.

Soit il pèse de façon auto...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant