Hollande est le "fossoyeur" du modèle social français, dit Juppé

le
1
    par Pierre-Henri Allain 
    RENNES, 19 octobre (Reuters) - Alain Juppé a qualifié 
mercredi le président François Hollande de "fossoyeur" du modèle 
social français lors de son premier meeting en Bretagne dans le 
cadre des primaires de la droite en vue de l'élection 
présidentielle de l'an prochain. 
    "Le président de la République actuel a érigé la méthode 
Coué en principe de gouvernement", a lancé le maire de Bordeaux 
devant une assemblée d'environ 2.500 personnes venues de 
Bretagne, mais aussi de Normandie et des Pays de Loire. 
    "Il ose se présenter comme le gardien du modèle social 
français alors que son inaction, son impuissance, ses mensonges, 
en font le fossoyeur! Ceux qui expliquent que je veux mettre à 
bas le modèle français, ce sont ceux-là mêmes qui le 
détruisent", a t-il ajouté. 
    Alain Juppé a également dénoncé "la pétaudière" qu'est 
devenu selon lui le gouvernement, à la suite notamment de prises 
de position divergentes sur le sort de l'aéroport de 
Notre-Dame-des-Landes, ironisant aussi sur le titre du dernier 
livre de confidences accordées par François Hollande à des 
journalistes. 
    "Il faut restaurer la dignité et l'autorité de la fonction 
présidentielle, tous ceux qui assurent le maintien de l'ordre et 
la sécurité des Français y ont droit", a t-il déclaré, après 
avoir apporté "soutien et considération" aux policiers "face aux 
épreuves qu'ils traversent". 
    L'ancien Premier ministre, favori des primaires dans les 
sondages d'opinion et qui espère conquérir un électorat 
démocrate chrétien largement présent dans l'Ouest, s'est 
également démarqué de l'actuel locataire de l'Elysée en 
déclarant: «mon ennemi à moi, c'est le chômage!» 
    Il s'est proposé, s'il est élu, de "libérer le monde 
économique des carcans qui l'entravent", notamment par la 
diminution de la fiscalité "qui pèse sur les entreprises" ou 
encore la "libre négociation du temps du travail". 
     
    "DROIT À L'ERREUR" POUR LES ENTREPRISES 
    Sur le front du chômage, mais aussi en matière de santé ou 
de dépendance des personnes âgées, Alain Juppé espère également 
pouvoir engager de nombreuses réformes qui permettraient selon 
lui de restaurer le modèle social français. 
    Il souhaite revoir le "compte pénibilité", qualifié de 
"cauchemar bureaucratique", ou encore "instituer un 'droit à 
l'erreur' pour les entreprises dans leurs relations avec le fisc 
ou avec l'URSSAF". 
    "Nul n'est censé ignorer la loi, mais quelle petite 
entreprise, quel artisan peut être au courant de toutes les 
lois, de tous les décrets et de toutes les circulaires, 
lorsqu'ils sont innombrables et qu'ils changent tout le temps?", 
s'est-il interrogé. 
    Rappelant la nécessité, selon lui, de relever l'âge de 
départ à la retraite à 65 ans d'ici 2026, Alain Juppé a par 
ailleurs préconisé une dégressivité de l'allocation-chômage pour 
les demandeurs d'emploi qui seraient convaincus de "fraude", 
disant y voir une "irresponsabilité qui mine le régime". 
    Le candidat aux primaires s'est longuement attardé sur les 
conditions de vie des personnes âgées et la dépendance, 
annonçant pour les familles aux "revenus modestes ou moyens" la 
mise en place, s'il est élu, d'une "garantie-dépendance" qui 
permettrait de "minimiser les charges en cas de dépendance 
lourde et durable". 
    "La responsabilité, c'est d'inviter les Français à anticiper 
ce risque. (...) Si la solidarité nationale devra rester la 
règle pour les fortes dépendances, il faut introduire le 
principe de l'assurance pour les autres situations", a-t-il dit. 
    Avant de saluer "le courage" et "la ténacité" de la 
Bretagne, Alain Juppé a enfin mis en garde contre une possible 
"fracture entre les métropoles et le désert français", proposant 
"une offre accrue de structures d'exercice collectif de la 
médecine" ou encore "la création de zones franches rurales". 
 
 (Edité par Tangi Salaün) 
 )
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3039634 il y a un mois

    Il semble avoir compris que l'aggravation des difficultés actuelles de notre Pays, est imputable à la Gauche dans son ensemble (Verts compris), plutôt qu'au FN qui est sa cible habituelle !