Hollande esquisse sa nouvelle diplomatie

le
0
Le président élu refuse une relation « exclusive » avec l'Allemagne et privilégie l'« Europe de l'énergie ».

Fabius ou Moscovici? Moscovici ou Fabius? À moins qu'un outsider ne sorte finalement du chapeau? Le nom du successeur d'Alain Juppé était lundi encore l'objet d'un jeu de bonneteau dans les longs couloirs du Quai d'Orsay, qui se prépare à l'arrivée de celui qui sera chargé de mettre en musique la politique étrangère de François Hollande. Si un certain nombre de diplomates considèrent que Nicolas Sarkozy les tenait dans le mépris, nombre d'entre eux, en revanche, disent regretter le départ du maire de Bordeaux, qui, en quelques mois, est parvenu à redonner du lustre au ministère et à défendre ses intérêts face à Bercy.

Depuis plusieurs semaines, des noms circulent sur les diplomates qui, à l'Élysée ou au Quai, animeront cette nouvelle diplomatie: Pierre Sellal, actuel secrétaire général du ministère, Pierre Vimont, numéro deux de la diplomatie de l'Union européenne, Jean-Maurice Ripert, ancien camarade de promotion du président élu à l'ENA et depuis peu am

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant