Hollande en veut toujours à SFR après son bug sur le chômage

le
2
Une erreur de SFR avait faussé les chiffres du chômage et amené l'Insee à annoncer une baisse surprise de 70.000 chômeurs en août. Elle a altéré un élément clé du plan de François Hollande : la confiance.

Cela ne passe toujours pas. Plus de deux mois après le bug SFR qui avait faussé les chiffres du chômage et amené l'Insee à annoncer une baisse surprise de 70.000 chômeurs en août, l'Élysée en veut toujours à l'opérateur téléphonique. «Cela a fait beaucoup de mal. C'était extrêmement mal venu, lâche un proche de François Hollande au détour d'une conversation. Cette erreur ne passe pas. On ne peut pas la digérer car cela a contribué à insuffler dans un certain nombre d'esprits l'idée qu'il avait pu y avoir manipulation.» Le président de la République a fait de la baisse du chômage l'alpha et l'oméga de son quinquennat. C'est sur ce critère, et quasiment le seul, qu'il demande à être jugé par les Français à l'issue de son mandat.

Or en donnant l'impression...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mipolod le lundi 9 déc 2013 à 14:34

    Le bugg c'est flamb.y !!! SFR n'y est absolument pour rien !

  • janaliz le lundi 9 déc 2013 à 13:51

    Entre incapables ils devraient se comprendre...