Hollande en Tunisie vendredi pour célébrer la transition démocratique

le
0
Hollande en Tunisie vendredi pour célébrer la transition démocratique
Hollande en Tunisie vendredi pour célébrer la transition démocratique

Il sera le seul chef d'État européen, ce vendredi, à Tunis, pour célébrer la nouvelle Constitution tunisienne et sceller le réchauffement des relations de la France avec ce pays pionnier du Printemps arabe, aujourd'hui engagé dans un processus de transition démocratique. François Hollande, qui était allé en juillet 2013 apporter «un message d'encouragement» dans un pays alors en crise, dominé par les islamistes vainqueurs des premières législatives libres, revient à Tunis «pour célébrer un succès, un évènement positif et important», souligne Paris.

Depuis la fin janvier, la Tunisie vit une nouvelle ère et espère sortir de la crise politique, économique et sociale. Elle vient d'adopter une nouvelle Constitution et a changé de gouvernement afin de s'engager dans la voie d'une transition démocratique. La célébration de la Constitution intervient alors que les autorités tunisiennes ont annoncé mardi avoir tué l'assassin présumé de l'opposant Chokri Belaïd, lors d'une opération antiterroriste dans la banlieue de Tunis. L'assassinat le 6 février 2013 de cet avocat, syndicaliste, farouche critique des islamistes d'Ennahda, avait été un élément déclencheur de la crise tunisienne accentuée par la mort par balle, en juillet dernier, d'un député de gauche.

Bouteflika, le grand absent

Outre François Hollande, nombre de dirigeants étrangers ont été conviés aux célébrations lors desquelles ils doivent s'exprimer devant l'Assemblée nationale constituante. Parmi eux, le roi du Maroc Mohamed VI, les présidents tchadien, gabonais, libanais, mauritanien et sénégalais, l'émir du Qatar, le Premier ministre koweitien. Le chef d'Etat algérien Abdelaziz Bouteflika, souffrant, devrait être représenté par son chef du gouvernement. 

 

Le président Hollande devrait en substance affirmer la volonté de la France «de coopérer avec la Tunisie sans ingérence, dans le cadre du partenariat renouvelé qu'il lui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant