Hollande en Martinique : «Nous avons encore à lutter contre l'esclavage»

le , mis à jour à 20:41
6
Hollande en Martinique : «Nous avons encore à lutter contre l'esclavage»
Hollande en Martinique : «Nous avons encore à lutter contre l'esclavage»

Le périple du président aux Antilles continue, alors que les critiques fusent sur son absence des commémorations de Moscou marquant la fin de la Seconde Guerre mondiale. De Saint-Martin et Saint-Barthélémy, où il se trouvait vendredi, François Hollande s'est rendu d'un saut de puce en Martinique.

A Fort-de-France, le chef de l'Etat a déposé une gerbe sur la tombe du poète anti-colonialiste Aimé Césaire, «un homme exceptionnel qui a embrassé les causes de la justice et de l'émancipation». Aimé Césaire, décédé en 2008, «est à la fois un poète, un écrivain, un auteur puissant qui a considérablement donné de la fierté à la cause qui a été la sienne et aussi un homme politique qui a changé la Martinique et l'ensemble des Antilles», a encore déclaré Hollande à la sortie du cimetière.

«On est empli de sa culture, de ses mots, de son texte»

Le président a ensuite ouvert le sommet régional sur le climat, en prévision de la COP 21 en décembre à Paris, en lançant «un appel de Fort-de-France». Objectif : «Qu'à la Conférence de Paris une attention très forte soit portée à cette conception, cette conscience de ce que peut être le réchauffement climatique.»

Interrogé sur les réticences des pays pauvres à participer financièrement à cette lutte contre le réchauffement climatique, il a de nouveau appelé les pays riches à la solidarité. «Moi, j'ai prévenu les pays riches. Je leur ai dit : S'il n'y a rien en termes de financement pour les pays qui sont les plus fragiles et les plus pauvres, ils ne vous suivront pas», a indiqué le président de la République. «Nous avons une unité à avoir, un rassemblement à opérer», a-t-il plaidé, soulignant qu'«on ne pourra pas faire la séparation quand il y a un cyclone entre les pays riches et les pays pauvres».

Dimanche en Guadeloupe, François Hollande inaugurera un grand centre de mémoire sur l'esclavage, qui «permettra à la Guadeloupe et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le dimanche 10 mai 2015 à 10:36

    ( SUITE ) OUI, Culbuto Ier, encore beaucoup de travail pour se libérer de l' esclavage du conformisme et des manipulations.....

  • M7093115 le dimanche 10 mai 2015 à 10:32

    CENSURE JE REPOSTE J e disais:oui encore du travail pour lutter contre l' esclavage de la pensée unique, du politiquement correct de la gauche caviar......

  • M5441845 le dimanche 10 mai 2015 à 02:59

    "Moi président, je serai plus brillant contre l'esclavage en 2017 que contre le chômage en2012"

  • saggy le samedi 9 mai 2015 à 19:51

    démago qui sent mauvais !!

  • saggy le samedi 9 mai 2015 à 19:47

    il flatte l"électorat qu'il lui reste ....

  • jpoche le samedi 9 mai 2015 à 19:12

    qu'il y reste !