Hollande en Centrafrique et au Nigeria la semaine prochaine

le
1
    PARIS/DAKAR, 6 mai (Reuters) - François Hollande sera la 
semaine prochaine en République Centrafricaine sur fond de 
réduction progressive des effectifs militaires français dans le 
pays avant de rejoindre le Nigeria pour participer à un sommet 
consacré à Boko Haram, a annoncé vendredi la présidence 
française.  
    Le chef de l'Etat passera quelques heures vendredi à Bangui 
afin "d'apporter son soutien à la paix et à la stabilisation" de 
la Centrafrique, écrit l'Elysée dans un communiqué. 
    Cette visite survient trois mois après l'annonce par le 
ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, d'un désengagement 
progressif des militaires français qui avaient été déployés dans 
le pays en décembre 2013 en pleine spirale de violences 
intercommunautaires.  
    L'opération, qui a mobilisé plus de 2.000 soldats au plus 
fort du conflit et qui en compte désormais autour de 900, 
prendra fin d'ici la fin de l'année et les effectifs français 
dans le pays seront ramenés à leur niveau d'avant-crise, soit 
quelque 300 hommes.    
    "L'objectif c'est de terminer Sangaris cette année (et de 
conserver) une présence française" au sein de la force onusienne 
Minusca et de la mission de formation de l'Union européenne, 
soulignait-on dans l'entourage de François Hollande début avril. 
    La force Sangaris, dont le déploiement avait été autorisé 
par le conseil de sécurité de l'Onu, a été éclaboussée par un 
scandale d'abus sexuels commis par des soldats étrangers en 
Centrafrique sur des mineurs.  
    Ce dossier, sur lequel les autorités françaises ont promis 
la transparence et des sanctions exemplaires si les faits 
étaient avérés, fait l'objet de plusieurs enquêtes judiciaires à 
Paris  ID:nL5N1782O6 .   
    Parallèlement au retrait de Centrafrique, la France a 
annoncé la semaine dernière qu'elle ferait passer de 500 à 900 
ses effectifs militaires en Côte d'Ivoire, possible réservoir 
pour son opération antiterroriste Barkhane qui mobilise quelque 
3.500 hommes dans la bande sahélo-saharienne.  
    De Bangui, François Hollande s'envolera pour Abuja où il 
participera samedi à un sommet régional sur la sécurité dans la 
capitale nigériane.  
    Bien qu'affaibli par l'offensive menée par les pays de la 
région depuis un an, Boko Haram constitue toujours une menace. 
    Le groupe islamiste, dont l'insurrection menée depuis 2009 a 
fait des milliers de morts et des millions de déplacés, a 
multiplié ces derniers mois les attentats suicides.   
    Face à cette menace sécuritaire persistante, la France, qui 
apporte son soutien aux pays de la région avec les Etats-Unis et 
la Grande-Bretagne, a récemment renforcé sa coopération avec 
Abuja. 
    Lors d'un déplacement au Nigeria la semaine dernière, 
Jean-Yves Le Drian a signé une lettre d'intention reprenant les 
termes de la coopération franco-nigériane, notamment en termes 
de renseignements et de formation.  
 
 (Elizabeth Pineau, avec Marine Pennetier à Dakar, édité par 
Chine Labbé) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 7 mois

    Bon débarras, qu'ils le gardent ou qu'ils le mangent, il est gras à souhait....juste bon pour la broche à feu doux, au moins il aurait eu une utilité dans sa vie, nourrir les affamés !!!!!