Hollande en banlieue pour défendre sa «boîte à outils» contre le chômage

le
33
Hollande en banlieue pour défendre sa «boîte à outils» contre le chômage
Hollande en banlieue pour défendre sa «boîte à outils» contre le chômage

«La seule priorité qui vaille, c'est l'emploi». Au lendemain de son message aux entrepreneurs à l'Elysée, François Hollande, au plus bas dans les sondages, s'est rendu mardi aux Mureaux (Yvelines) pour défendre sa «boîte à outils» contre le chômage, en annonçant un renforcement des dispositifs déjà mis en place du gouvernement. Son entourage a également fait savoir qu'il tiendrait une conférence de presse à l'Elysée le 16 mai prochain, conformément à son engagement de rendre compte de son action tous les six mois devant les médias.

Signature d'emplois d'avenir et de contrats de génération, pacte renforçant la présence de Pôle Emploi dans les quartiers populaires, rencontre avec des habitants dans des logements sociaux, visite d'entreprise, le chef de l'Etat a décliné tout au long de son déplacement sa volonté de lutter contre le chômage, sans cacher la difficulté de la tâche. «La seule priorité qui vaille c'est l'emploi, le seul objectif c'est l'emploi, hier (lundi) avec les chefs d'entreprises, aujourd'hui avec les élus et des ministres mobilisés», a lancé François Hollande au bas d'un immeuble du quartier populaire de Brècheville.

Les élèves ont chanté pour le chef de l'Etat

«J'entends l'aspiration d'un pays à avoir confiance en lui-même (...) ce que demandent ces familles c'est de l'emploi, de l'espérance pour leurs enfants. C'est cela que nous devons donner», même si «ça prendra du temps», a-t-il ajouté, devant des habitants chaleureux mais inquiets pour leur avenir.

Un peu plus tard, les élèves de «l'école ouverte» (fonctionnant en période de vacances scolaires) du collège Jean Vilar, lui ont fait part à leur manière de cette inquiétude en entonnant devant le chef de l'Etat un petit air : «Quand tout va mal, quand on a le moral dans les chaussettes, quand on s'inquiète du danger qui nous guette, personne ne peut nous empêcher de chanter».«C'est un hymne dans cette période»,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mercredi 1 mai 2013 à 16:24

    Mais assez de pognon filé sans contrepartie aux "pauvres les pus riches du monde". Les "pauvres" étant avant tout les non-qualifiés, qui n'ont plus aucune place dans notre société ... Soyons clairs, je pars du principe que 95 % des "non-qualifiés" sont qualifiables, à condition de les "motiver", éventuellement à coups de pieds aux fesses ...

  • knbskin le mercredi 1 mai 2013 à 16:22

    .../... Quant aux "riches" eh bien il faut les convaincre d'investir dans l'industrie leurs 2 000 Mds d'€ d'actifs en livrets et en AV fonds en €, pour "booster" la création d'entreprises et l'innovation : des entrepreneurs, on en a : il suffit de les garder et non de les chasser. Mais on ne produira plus d'emplois non qualifiés. Donc, malheur au non-qualifié ... qu'il se qualifie, ou aille voir ailleurs !

  • knbskin le mercredi 1 mai 2013 à 16:20

    Ben oui, EuropeGa, mais justement, des impulsions d'Etat, il n'y en a plus aucune depuis le programme électro-nucléaire ... et la "vie des français", elle va bien pour les français qualifiés. Sauf qu'ils paient beaucoup trop d'impôts pour nourrir grassement des inutiles, les non-qualifiés et certaines catégories de fonctionnaires. Or, le niveau de vie de ces gens on s'en fiche totalement : qu'ils se rendent employables pour pouvoir bénéficier de prestations .../...

  • EuropeGa le mercredi 1 mai 2013 à 15:12

    La France est colbertiste et tous ses succès industriels et commerciaux ont été réalisés par des impulsions d'état.

  • EuropeGa le mercredi 1 mai 2013 à 15:11

    Malgré les conditions difficiles, Hollande préserve comme il peut la vie des français. Sarkozy, au contraire, en augmentait les souffrances.

  • EuropeGa le mercredi 1 mai 2013 à 15:08

    Hollande n'est pas un si mauvais Présisent, mais il préside un pays en faillite et n'a pas de pouvoir car toutes les décisions sont prises à Bruxelles. La seule décision qu'un président peut prendre, c'est d'augmenter la dette, et il la préserve. Ce n'a pas été le cas de son prédécesseur : vous remettez Sarkozy au pouvoir, et vous arrivez facilement à 3000 Milliards.

  • slivo le mercredi 1 mai 2013 à 11:57

    Toute la ra-caille réunie dans un même lieu.

  • sarestal le mercredi 1 mai 2013 à 09:22

    C'est en France Les Mureaux ?

  • M2766070 le mercredi 1 mai 2013 à 08:07

    Faut arrêter le bricolage !!! là faut de l industrie lourde pour créer des emplois !!!Donc Pingouin viré et hop , Dupont Aignan !!! pas pti nico sarko !

  • chatnour le mercredi 1 mai 2013 à 01:21

    A noter que je ne valide pas le bas mais seulement le titre en gros caractères ! : https://twitter.com/EricToutCourt/status/329296712256593921/photo/1