Hollande dit à Dakar sa confiance en l'avenir de l'Afrique

le
0
A DAKAR, FRANÇOIS HOLLANDE AFFICHE SA CONFIANCE EN L'AFRIQUE
A DAKAR, FRANÇOIS HOLLANDE AFFICHE SA CONFIANCE EN L'AFRIQUE

par Elizabeth Pineau

DAKAR (Reuters) - François Hollande a exprimé vendredi à Dakar sa grande confiance en l'avenir de l'Afrique, "continent émergent", cinq ans après le discours controversé de Nicolas Sarkozy sur le "drame" du continent noir.

"J'exprime ma grande confiance en l'avenir du Sénégal et en l'avenir de l'Afrique", a dit le président français lors d'une conférence de presse avec son homologue sénégalais, Macky Sall.

"L'Afrique est un grand continent qui va devenir un grand continent émergent", a-t-il ajouté, évoquant les ressources naturelles, la démographie et les investissements.

Entre la France et l'Afrique, "il ne s'agit pas de générosité mais de solidarité et de compréhension de ce qu'est l'avenir du continent", a insisté le chef de l'Etat.

François Hollande doit prononcer à l'Assemblée nationale sénégalaise un discours dévoilant sa vision des rapports entre la France et le continent noir, avec lequel le chef de l'Etat français veut "écrire une nouvelle page".

Nombre d'Africains avaient été choqués par un discours de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, qui avait estimé en 2007 dans la capitale sénégalaise que "le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire".

Ce "discours méprisant" avait "heurté les mémoires anticolonialistes", écrit le journal sénégalais Le Quotidien dans son édition de vendredi dont la "une" présente une photo du président français sous un titre en forme de jeu de mot : "Franc soit Hollande!".

"Qu'il veuille aborder le sujet ou non, une comparaison sera faite entre les deux discours des deux présidents français à cinq ans d'intervalle", peut-on lire dans l'article.

"VOUS ÊTES ICI CHEZ VOUS"

A la sortie de l'aéroport, des centaines de personnes ont salué le président français, monté à bord d'une limousine décapotable aux côtés de son homologue sénégalais.

"Le décollage de l'Afrique, c'est maintenant", "Vous êtes ici chez vous", pouvait-on lire sur des panneaux imprimés brandis par les Dakarois.

Lors de leur entretien bilatéral, François Hollande et Macky Sall, qui s'étaient vus récemment à l'Elysée, ont abordé la question du Mali voisin, dont la partie Nord est occupée des islamistes radicaux.

"Ce qui se produit au Sahel depuis déjà plusieurs mois, ce n'est pas simplement une menace pour l'Afrique (mais) une question majeure pour la sécurité du continent africain et de l'Europe", a dit le président français, qui s'est engagé en faveur d'une intervention militaire sous l'égide de l'Onu, et décidée par les Africains.

"Ce sont les Africains, les pays concernés, les organisations régionales comme l'Union africaine qui vont décider ensemble de ce qu'il convient de faire et nous les appuierons", a-t-il expliqué.

François Hollande a entamé dans la capitale sénégalaise une tournée de deux jours en Afrique, la première depuis son arrivée au pouvoir en mai. Accompagné de plusieurs ministres dont celui des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et de sa compagne Valérie Trierweiler, il devait ensuite visiter l'île de Gorée, lieu de mémoire de la traite négrière située au large de Dakar.

Il est attendu samedi à Kinshasa, en République démocratique du Congo, pour assister au XIVe sommet de la Francophonie.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant