Hollande dénonce l'«attaque vandale» de l'hôpital Necker, la CGT condamne «des actes aveugles»

le , mis à jour à 18:54
9

« C’est la première fois qu’un hôpital est la cible des casseurs. C’est une attaque vandale contre un lieu de solidarité qui discrédite tout ceux qui en sont à l’origine ». Lancée ce matin dans le huit clos du conseil des ministres, la violente charge est de François Hollande lui-même. Et elle vise, sans la nommer directement, la CGT.

Au lendemain de la manifestation de mardi contre la loi Travail, le président et son Premier ministre Manuel Valls lancent l’ultime offensive contre la confédération. Au point que l’executif brandit désormais la menace d’interdiction des manifestations « au cas par cas ». La faisabilité juridique d’une telle interdiction a été étudiée de près : en période d’état d’urgence, il est effectivement plus facile pour un gouvernement de restreindre les libertés fondamentales dont le droit de manifester. Ce ne serait d’ailleurs pas la première fois : juste avant la COP 21 qui en décembre dernier avait réuni plus de 170 chefs d’Etat et de gouvernement au Bourget (Seine-Saint-Denis), la «marche mondiale pour le climat» souhaitée par les ONG avait été interdite pour des raisons de sécurité.

« Un cap a été franchi», fait savoir un proche du chef de l’Etat

Au-delà des arguments juridiques, ce sont bien des raisons politiques qui poussent désormais François Hollande et Manuel Valls à durcir le ton contre la CGT. Les dégradations contre l’hôpital Necker et l’émotion qu’elles ont provoquées ont joué un rôle décisif. « Un cap a été franchi», fait savoir un proche du chef de l’Etat. L’exécutif a surtout remarqué que, depuis le lancement de l’Euro de football, la sympathie dont bénéficiaient les opposants à la loi Travail s’effritait. Avec les dégradations contre Necker et l’émotion qu’elles suscitent, aucune raison pour que la courbe de popularité des manifestants ne s’inverse. Surtout que François Hollande et Manuel Valls ont constaté ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • patr.fav il y a 11 mois

    C'est le gouvernement qui se cache derrière les casseurs pour discretider les manifestations et faire passer la loi travail.que les français rejettent.

  • patr.fav il y a 11 mois

    C'est le gouvernement qui se cache de rire les casseurs pour discretider les manifestations et faire passer la loi travail.que les français rejettent.

  • frk987 il y a 11 mois

    Pour M8252219 : et alors : ils sont insolvables, une condamnation à 6 mois jamais effectuée...c'est ça la réalité de la France socialo. Et encore 6 mois en tombant sur un juge de droite et relaxe immédiate par un juge auteur du fameux murs des ....

  • M8252219 il y a 11 mois

    Il est indispensable d'équiper les forces de polices de tasers La Police nationale, la Gendarmerie Nationale et la police municipale sont les seules en Europe à avoir doté ses pistolets d’une caméra dite TASERCAM11, permettant un enregistrement (image et son) dès la mise en fonction de l’appareil. portée 7.5 mètres immobilisation immédiate du casseur et preuve de ses méfaits.

  • frk987 il y a 11 mois

    Une fois cela dit, que compte faire nôtre nul premier ?????

  • 28351485 il y a 11 mois

    A VOIR ET A REVOIR .... " L 'AVEU " film de COSTA GRAVA ! Nous y sommesLes coupables sur les lieux de leur crime !! Ils viennent vérifier si le travail a été bien fait par les supplétifs du ministère de l'intérieur

  • bernm il y a 11 mois

    Pourquoi empecherait'il les casseurs de s'amuser, puisque ca permet de decrebiliser le mouvement et donc de laisser passer la loi.

  • M9941825 il y a 11 mois

    Combien de "caps "faut-il que ces casseurs franchissent avant d'être seulement inquiétés ? Qui paie ces destructions ? Peut -on imaginer que la prochaine manif autorisée sera parfaitement contrôlée et sans aucun débordement ?

  • M4098497 il y a 11 mois

    Ca condamne, ça s'insurge, ça dénonce and what else