Hollande défend l'optimisme de l'exécutif pour l'économie en 2015

le
1

PARIS, 19 janvier (Reuters) - François Hollande a défendu lundi l'optimisme du gouvernement qui prévoit une croissance du Produit intérieur brut (PIB) français de 1% en 2015, évoquant notamment la baisse conjuguée des prix du pétrole, de l'euro et des taux d'intérêts. "Tous ces facteurs confirment que le gouvernement a eu raison de fixer une prévision de croissance de l'ordre de 1%", a dit le chef de l'Etat qui présentait ses voeux aux acteurs de l'entreprises et de l'emploi. Le consensus Reuters des économistes prévoit une hausse du PIB français légèrement plus faible. Pour François Hollande, la baisse des prix du pétrole s'inscrit dans la durée et devrait bénéficier à de nombreux secteurs économique comme la chimie ou les transports. "Les prix traduisent un déséquilibre entre l'offre et la demande sur le marché pétrolier mondial qui ne disparaîtra pas rapidement", prédit le président. François Hollande a aussi salué des taux d'intérêt historiquement bas pour la dette souveraine, à moins de 0,7% pour les emprunts à 10 ans, et un niveau de l'euro passé en dessous de son niveau d'introduction par rapport au dollar en 1999, de quoi donner un coup de fouet aux exportateurs. Le chef de l'Etat a néanmoins appelé son auditoire composé de chefs d'entreprises et de syndicalistes à être lucide sur l'état d'une économie européenne menacée par la déflation. Il s'est à ce titre félicité de la décision que doit prendre la Banque centrale européenne (BCE) d'utiliser des moyens dit non-conventionnels pour ranimer l'inflation. "La Banque centrale européenne va jeudi prendre la décision de racheter les dettes souveraines, ce qui va donner des liquidités importantes à l'économie européenne", a dit François Hollande alors que la décision n'est pas encore prise. Une conseillère du chef de l'Etat a expliqué peu après son intervention que ce dernier respectait l'indépendance de la BCE et n'avait fait qu'évoquer l'hypothèse que l'institut de Francfort annonce jeudi un assouplissement quantitatif. Le chef de l'Etat est resté prudent sur le front du chômage que l'Insee voit continuer à augmenter en 2015 et dont il avait promis d'inverser la courbe à la fin 2013. (Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 19 jan 2015 à 14:37

    Tant que les richesses crées en France seront accaparées par les improductifs(25% de la population active) ÉLUS , STATUTS SPÉCIAUX ET ADMINISTRATIFS DE LA FONCTION PUBLIQUE NATIONALE ET LOCALE. Aucune réforme n'aura d'effet positifs ou ne sera possible.Il faut mettre en place la TVA SOCIALE:Réduire de moitié le nombre des parlementaires,Supprimer les statuts spéciaux:Réduire drastiquement les administratifs du secteur publique.