Hollande défend l'exonération fiscale pour les compétitions sportives

le
3
Hollande défend l'exonération fiscale pour les compétitions sportives
Hollande défend l'exonération fiscale pour les compétitions sportives

Pour organiser des grands événements sportifs, l'Etat doit y mettre du sien. C'est en substance le message lancé mardi par François Hollande lors d'une visite à l'Institut national du sport et de la performance (Insep). Le président de la République a soutenu l'exonération fiscale des grands événements sportifs, comme l'Euro 2016, alors qu'elle est contestée par une partie des députés de son propre camp.

«L'Etat doit être présent» dans le domaine du sport, a estimé François Hollande. «Il l'est avec les fédérations, il l'est sur le plan fiscal pour permettre que de grandes compétitions soient organisées ici, dans notre pays, et pas seulement pour le foot.» Selon les estimations, l'exonération fiscale de l'Euro 2016 devrait entraîner un manquer à gagner d'environ 200 millions d'euros pour l'Etat. Cette ristourne était cependant une condition sine qua non, au moment du dépôt de candidature, pour obtenir l'organisation de la compétition en 2010.

Les ristournes fiscales examinées à l'Assemblée vendredi

«On a besoin d'avoir de grands événements pour convaincre des jeunes de pratiquer une discipline, a poursuivi le chef de l'Etat. Il faut, au-delà de la télévision, qu'ils aient le sentiment que ça se passe tout près de chez eux.»

Ces cadeaux fiscaux ont pourtant du mal à passer au Palais Bourbon. Mercredi dernier, la commission des finances avait adopté un amendement limitant l'exonération fiscale des grands événements sportifs au seul Euro 2016. Un vote contrecarrant une mesure d'extension à tous les sports voulue par le ministre des Sports, Patrick Kanner.

«Je ne peux pas imaginer une seconde qu'on en reste là», avait déclaré Joël Delplanque, le président de la Fédération française de handball, après ce vote. «Les députés, quand nous les rencontrons sur le terrain, savent pertinemment quel impact ont nos événements sur leurs territoires. Ne pas soutenir cette initiative, c'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jfvl le mardi 2 déc 2014 à 16:15

    Selon lui c'est sans doute plus important que les entreprises qui nous font vivre au quotidien !

  • M8252219 le mardi 2 déc 2014 à 15:32

    Un bien piètre César pour le parodier "donner leur du pain et des jeux"

  • M8252219 le mardi 2 déc 2014 à 15:05

    populisme !!!!