Hollande dans la Silicon Valley: les expatriés attendent un choc fructueux

le
0
Hollande dans la Silicon Valley: les expatriés attendent un choc fructueux
Hollande dans la Silicon Valley: les expatriés attendent un choc fructueux

La visite de François Hollande mercredi dans la Silicon Valley devrait dissiper les malentendus accumulés entre la France et ses entrepreneurs et sera, espèrent ces derniers, le déclic nécessaire pour que les responsables politiques français encouragent davantage la création d'entreprises.Que le président se déplace en Californie, "ce n'est pas forcément pour les entrepreneurs français que c'est bien, mais c'est plus pour la France", dit à l'AFP Pascale Vicat-Blanc, fondatrice de Lyatiss, une société spécialisée dans le "cloud" (informatique dématérialisée). "Il y a une prise de conscience de quelque chose d'important, il était temps"."En France --et en Europe de façon générale-- on a un déficit d'écosystème organisé. Ici il y a tout: au niveau technologique, mais aussi au niveau financier, au niveau +sales+ (commercial, NDLR). On n'a pas ça en Europe", ajoute-t-elle. Affaires consternantes L'immersion, ne serait-ce qu'une seule journée, d'une bonne partie du gouvernement français dans cet "écosystème" pourrait servir de cours de rattrapage express à une classe politique dépassée, estiment nombre d'entrepreneurs expatriés.Anne Bezançon vit à San Francisco depuis 1996. Sa dernière idée, Placecast, a été lancée en 2005 (premier client: Microsoft), et depuis, elle a observé comment les responsables politiques qui se rendent dans la Silicon Valley en ressortent "secoués"."On sent qu'il y a une espèce de choc une fois qu'ils ont fait deux jours de meetings avec Google, Facebook et des dizaines d'autres boîtes", explique-t-elle à l'AFP. "D'un coup, on sent bien que c'est tellement différent de la façon dont ils pensent le monde et le business"."Le choc est utile car ça ouvre la porte", dit-elle, même si "c'est une question de génération et de culture, on ne transforme pas un pays du jour au lendemain".Vu des Etats-Unis, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant