Hollande "convaincu" de réussir la réforme des seuils sociaux

le
2

PARIS, 27 août (Reuters) - Le gouvernement français s'est dit "convaincu" mercredi de pouvoir réformer les seuils sociaux qui régissent une partie des droits des salariés dans les entreprises, une réforme rejetée par de nombreux socialistes et par les syndicats. Réunie à l'Elysée pour son premier conseil des ministres, la nouvelle équipe de Manuel Valls, censée refléter la ligne sociale-démocrate du président, s'est dite déterminée à faire bouger les lignes alors que les négociations entre les partenaires sociaux commencent en septembre sur ce dossier. "Le gouvernement est convaincu que cette négociation peut aboutir dans la lignée des accords nationaux interprofessionnels sur la sécurisation de l'emploi et sur la formation professionnelle", peut-on lire dans le compte-rendu du conseil. La réussite de ces deux dernières réformes avait permis à François Hollande de revendiquer un succès sur le front du dialogue social mais les tensions sur la négociation des contreparties aux baisses de charges du pacte de responsabilité ont depuis contribué à dégrader le climat social. Les seuils de salariés au-delà desquels les entreprises se voient imposer des contraintes, notamment en matière de représentation du personnel, sont jugés trop rigides par le patronat et des économistes, qui les accusent de freiner le développement des entreprises et les embauches. Les syndicats et une partie de la gauche jugent en revanche qu'ils constituent un acquis social important. Le Parti socialiste s'était ainsi opposé par la voix de son premier secrétaire à la suspension, un temps envisagée par le gouvernement, des seuils de 10 et 50 salariés. Même timide, cette réforme pourrait être périlleuse à mettre en oeuvre pour le gouvernement, même s'il entend laisser la main aux partenaires sociaux pour la négocier. "L'objectif est d'éviter les blocages à l'emploi et de garantir la représentation des salariés dans toutes les entreprises", a dit à la presse le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll en rendant compte du conseil des ministres. Le ministre du travail François Rebsamen a envoyé fin juillet aux organisations syndicales et patronales un document d'orientation les invitant à ouvrir des négociations, qui doivent s'achever avant fin 2014 pour permettre d'élaborer un projet de loi pour transposer ces avancées. D'autres concertations doivent avoir lieu à la rentrée, notamment sur l'emploi des chômeurs de longue durée ou l'insertion des jeunes mais aussi sur l'apprentissage en vue de d'une réunion "de mobilisation" que François Hollande présidera le 19 septembre. (Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le mercredi 27 aout 2014 à 15:23

    Se souvient-il de l'inversion d'une courbe ? Il persiste à nous raconter n'importe quoi, des actes concrets et non des mots, et sa courbe...........de popularité....!

  • M940878 le mercredi 27 aout 2014 à 15:12

    et ça ne coûte rien sauf quelques revendications inutiles des syndicats qui ne représentent personne