Hollande condamne à Erevan toute négation du génocide arménien

le
0
HOLLANDE CONDAMNE TOUTE NÉGATION DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN
HOLLANDE CONDAMNE TOUTE NÉGATION DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN

EREVAN (Reuters) - François Hollande a condamné lundi à Erevan toute négation du génocide arménien de 1915 et estimé que la reconnaissance de ces massacres perpétrés sous l'empire ottoman n'était pas "destinée à diviser mais à rassembler".

Le président français, qui a confirmé sa présence aux cérémonies du centenaire du génocide arménien, le 24 avril 2015 à Erevan, plaide pour une reconnaissance universelle de cet épisode de l'Histoire.

"Tous les messages de compréhension, d'apaisement, de tolérance doivent être salués d'où qu'ils viennent car la reconnaissance du génocide n'est pas destinée à diviser mais à rassembler, afin d'éviter que ne se répète de semblables abominations ailleurs dans le monde", a-t-il déclaré avant un dîner avec le président arménien, Serge Sarkissian.

"Aussi, aucune porte ne peut être entr'ouverte aux négationnistes", a-t-il poursuivi. "Le négationnisme n'est pas une opinion, c'est un outrage à la vérité, une insulte aux victimes et à leurs descendants".

La reconnaissance du génocide arménien est inscrite dans la loi depuis janvier 2001 en France, où vit la troisième communauté arménienne au monde, forte d'un demi-million de personnes.

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a présenté le mois dernier ses condoléances aux descendants des Arméniens tués par les troupes de l'Empire ottoman en 1915.

Dans un communiqué diffusé à la veille du 99e anniversaire du début du massacre, qu'Ankara refuse de reconnaître comme un génocide, le chef du gouvernement turc a parlé d'événements aux conséquences "inhumaines".

François Hollande avait alors noté un progrès dans la position turque mais l'avait jugée encore insuffisante.

"C'est un mot qu'il faut entendre mais qui ne peut pas encore suffire. Ce qui doit être dit c'est ce qui s'est produit, même s'il y a là une évolution", avait-il déclaré le 24 avril lors d'une cérémonie à Paris.

(Elizabeth Pineau, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant