Hollande cherche "la concorde", pas des "combinaisons" politiques

le
0
    BRUXELLES, 18 décembre (Reuters) - François Hollande a 
expliqué vendredi que les rapprochements recherchés avec 
l'opposition de droite sur des sujets importants relevaient de 
"la concorde dans l'intérêt du pays" et non de "combinaisons" 
politiques.   
    Après le second tour des élections régionales marquées par 
une percée du Front national, des responsables de gauche et de 
droite ont plaidé pour un dialogue et un rapprochement. 
    Interrogé à ce sujet en marge du sommet européen de 
Bruxelles, François Hollande a déclaré qu'il n'était pas 
question de supprimer les clivages mais de travailler ensemble 
sur des sujets comme l'emploi et la lutte contre le terrorisme.  
    "On aurait tort de ne pas comprendre quel est le sens de ce 
que je veux faire: il ne s'agit pas de chercher je ne sais 
quelle combinaison qui ne relève pas de ma conception de la vie 
politique, mais plutôt de la concorde pour l'intérêt du pays", 
a-t-il déclaré devant la presse.   
    En France, "les clivages existent, chacun les connaît, ils 
font une vie démocratique", a-t-il souligné. 
    Le président a appelé à faire "en sorte qu'autant que 
possible le dialogue puisse s'ouvrir notamment avec l'opposition 
lorsqu'elle a des propositions à faire" sur des sujets majeurs 
comme la sécurité et le chômage.   
    Ce principe "n'efface rien des clivages que l'on connaît, de 
la vie politique", a-t-il insisté, évoquant "une concorde, une 
volonté commune face à l'essentiel".  
 
 (Elizabeth Pineau) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant