Hollande-Bongo : rencontre critiquée

le
0
La France a d'importants intérêts militaires et économiques au Gabon.

En recevant jeudi le président gabonais, Ali Bongo, à l'Élysée, François Hollande a pu mesurer l'extrême complexité des relations entre la France et ses anciennes colonies africaines. La simple annonce de cette visite a suffi à réveiller de vives controverses et de vertes critiques de l'opposition gabonaise et des associations qui réclament la mise de mort de la «Françafrique». «Cette visite est incompréhensible à moins d'être celle d'une rupture totale avec le passé et avec la famille Bongo», souligne Georges Mpaga du collectif Ça suffit!

Le Gabon et le régime d'Omar Bongo, mort en 2010 après quarante et un ans de pouvoir, symbolisent, il est vrai, plus que d'autres la dérive affairiste d'une certaine politique française. Le fils, Ali Bongo, élu en août 2010 lors d'un scrutin contesté, n'est pas parvenu a changé cette image. Les élections législatives, un an plus tard, boycottées par l'opposition et qui ont conduit à une chambre presque entièrement a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant