Hollande aux soldats en Centrafrique : «Des milliers de vies sauvées grâce à vous»

le
0
Hollande aux soldats en Centrafrique : «Des milliers de vies sauvées grâce à vous»
Hollande aux soldats en Centrafrique : «Des milliers de vies sauvées grâce à vous»

Le président François Hollande est arrivé vendredi matin à Bangui pour afficher son soutien aux soldats français engagés en Centrafrique où ils sont confrontés, selon Paris, à des «difficultés considérables». Le chef de l'Etat s'est notamment exprimé sur l'intérêt de la présence française: «Maintenant l'enjeu, ce n'est même pas de rétablir mais d'établir l'Etat», a-t-il déclaré aux côtés de la présidente de transition, Catherine Samba Panza. Pour cela, «il faut commencer par payer les fonctionnaires», a lancé François Hollande. Depuis des mois en effet, fonctionnaires et membres des forces de sécurité ne sont plus payés. Un phénomène récurrent dans l'histoire troublée de la Centrafrique.

«Sans votre intervention, sans votre implication, la République centrafricaine ne vous accueillerait pas dans ce calme relatif», a elle remercié Catherine Samba Panza. «La semaine prochaine tout sera prêt pour que la présidente ait une administration qui puisse lui répondre», a assuré François Hollande, en indiquant que les salaires des agents de l'Etat seraient versés grâce à une aide des pays de la région. «La mission, c'est de permettre le rétablissement de l'ordre public pour achever la transition politique», avec des élections générales devant être organisées en principe au plus tard en février 2015.

Dès son arrivée, le chef de l'Etat français, qui se rend pour la deuxième fois dans la capitale centrafricaine en moins de trois mois, s'est dirigé vers la base de l'opération Sangaris, située dans l'enceinte de l'aéroport de Bangui où il a passé les troupes en revue. Il a fait un point de la situation avec le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, et le commandant de l'opération, le général Francisco Soriano.

Les objectifs de la France dans son ancienne colonie sont de «rétablir l'autorité de l'Etat, renouer le dialogue et éviter à tout prix la partition du pays», a également ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant