Hollande au Qatar pour parler économie et Syrie

le
0
Hollande au Qatar pour parler économie et Syrie
Hollande au Qatar pour parler économie et Syrie

Objectif : consolider une relation «ancienne et forte» avec un richissime petit pays gazier. François Hollande est arrivé à Doha ce samedi pour une visite de 24 heures au Qatar, l'un des principaux partenaires de la France dans le Golfe avec l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes Unis, où le président de la République s'est déjà rendu en novembre 2012 et janvier dernier.

Le chef de l'Etat doit entamer sa visite par l'inauguration d'un nouveau site du lycée franco-qatari Voltaire, où il s'exprimera devant la communauté française. Il est ensuite convié, avec sa compagne Valérie Trierweiler, à un diner privé avec l'émir cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani, sa deuxième épouse Moza et le prince héritier cheikh Tamim.

Patrons et ministres accompagnent le président

Vu sa forte teneur économique, l'enjeu de cette visite n'est pas mince. Ce déplacement doit notamment permettre de finaliser un fonds commun franco-qatari destiné à financer des PME et reposant sur un partenariat entre la Caisse des dépôts et consignations et la Qatar Investment authority (QIA).

Une forte délégation de patrons de grandes entreprises et cinq ministres -Laurent Fabius (Affaires étrangères), Manuel Valls (Intérieur), Nicole Bricq (Commerce extérieur), Jean-Yves Le Drian (Défense), Frédéric Cuvillier (Transports)- accompagnent le chef de l'Etat. Celui-ci s'exprimera d'ailleurs devant un forum économique franco-qatari, dimanche.

Le conflit syrien également au menu

Outre l'avancement de gros dossiers commerciaux comme le Rafale, le projet de métro à Doha ou celui du tramway de la ville nouvelle de Lusail, il s'agira aussi «d'apaiser» les polémiques récurrentes sur l'importance des investissements en France du Qatar, devenu en 2011 propriétaire emblématique du club de football PSG.

Le conflit syrien sera également au menu des discussions, alors que les ministres des Affaires étrangères des onze pays du groupe des «amis de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant