Hollande au Kazakhstan : 48 heures pour parler affaires et Russie

le
0
Hollande au Kazakhstan : 48 heures pour parler affaires et Russie
Hollande au Kazakhstan : 48 heures pour parler affaires et Russie

Le président français François Hollande est arrivé vendredi en milieu de matinée, heure locale (à l'aube pour Paris), à Astana, première étape d'une visite officielle de 48 heures au Kazakhstan visant à intensifier les échanges économiques mais aussi politiques et universitaires avec cette puissance émergente d'Asie centrale, aux confins de la Russie sur la route de la Chine. 

C'est la troisième fois qu'un président français se rend dans cette ex-République soviétique aux mains d'une oligarchie puissante, et riche d'hydrocarbures : François Mitterrand en septembre 1993 et Nicolas Sarkozy en octobre 2009. En décembre, quand bien même les relations entre les deux pays seraient chaleureuses, la température moyenne oscille à Astana entre -9 et - 18 ° Celsius. Elle atteint actuellement - 25°. Un froid exceptionnel en raison duquel le programme de François Hollande, selon les journalistes qui l'accompagnent sur place, devrait être allégé.

RT @jeremybrossard: En raison du froid le programme de #Holllande au Kazakhstan allégé. -25°c à Astana. #pointmeteo pic.twitter.com/eGnyr2ImeF-- laure bretton (@laurebretton) 5 Décembre 2014

Les crises régionales au menu

Dès son arrivée à Astana, le président français a rejoint le palais présidentiel, où un immense tapis rouge avait été déroulé.

#Hollande #Nazarbaïev accueil pic.twitter.com/ZHpbqSe8k9-- Valérie Nataf (@vnataf) 5 Décembre 2014

La Marseillaise a été jouée avant un premier entretien avec son homologue kazakh, Noursoultan Nazarbaïev, qui règne sans partage sur son pays depuis l'indépendance acquise en 1991. Il sera suivi d'une conférence de presse conjointe et d'un déjeuner officiel. Au menu de ces premiers rendez-vous : la diplomatie. Les présidents français et kazakh doivent évoquer les crises régionales, à commencer par l'Ukraine, la Tchétchénie, mais surtout le projet du président russe Vladimir Poutine de créer une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant