Hollande assure que la centrale de Fessenheim fermera, dit EELV

le
7

PARIS, 17 octobre (Reuters) - François Hollande a assuré cette semaine à Europe-Ecologie les Verts (EELV) que la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) fermerait bien ses portes, a déclaré vendredi la chef de file des écologistes, Emmanuelle Cosse. La ministre de l'Energie, Ségolène Royal, avait écorné fin septembre la promesse de campagne du chef de l'Etat en n'excluant pas de fermer d'autres réacteurs que ceux de Fessenheim, se disant prête à examiner toute autre proposition d'EDF. "Fessenheim fermera, nous en avons parlé avec le président de la République", a déclaré sur France Info Emmanuelle Cosse, qui a été reçue en début de semaine à l'Elysée. Le chef de l'Etat a dit que "Fessenheim fermera (...) avant 2017". "C'est ce qu'il dit et moi je sais bien que je suis peut-être la seule en France à le croire, je vous dis que Fessenheim fermera c'est un engagement du président de la République", a souligné la chef de file d'EELV. "J'entends bien les pressions d'EDF, des syndicats, j'entends bien les sorties de Ségolène Royal et de Stéphane Le Foll sauf que je vous dis que Fessenheim fermera", a-t-elle dit. "Si Fessenheim ne ferme pas, ça veut dire que la France n'est pas capable de répondre aux questions de sûreté nucléaire. Cette centrale est sur la nappe phréatique la plus importante d'Europe". "Aujourd'hui ce n'est pas juste une lubie des écolos de Francois Hollande, c'est une nécessité pour le pays d'avoir une politique énergétique et de sûreté nucléaire qui soit à la hauteur des enjeux", a-t-elle conclu. La loi de transition énergétique, votée par les députés mardi, instaure un plafonnement de la capacité de production nucléaire française à son niveau actuel de 63 gigawatts. EDF EDF.PA va donc devoir proposer la fermeture de deux réacteurs après la mise en service de l'EPR de Flamanville prévue en 2016. Selon une étude de l'Insee Alsace publiée en juillet, la fermeture de Fessenheim, engagement de François Hollande avant son arrivée à l'Elysée, affecterait 2.000 emplois et aurait un impact sur les revenus de 5.000 personnes. (Marine Pennetier, édité par Bertrand Boucey)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • restif1 le vendredi 17 oct 2014 à 11:02

    Ecologie: combien de divisions - à part les divisions internes?

  • 11246605 le vendredi 17 oct 2014 à 10:16

    Avec quel argent ?

  • M1625665 le vendredi 17 oct 2014 à 10:01

    Si le Casqué le dit....les employés de Fessenheim peuvent être rassurés ;elle ne fermera pas

  • knbskin le vendredi 17 oct 2014 à 09:56

    Pépère avait dit aussi que le déficit serait de 3% fin 2013, que la "courbe du chômage" allait s'"inverser", que ... et que ... Les écolos veulent fermer Fessenheim pour des raisons qu'ils ignorent eux-mêmes : ils n'y comprennent strictement rien (et les autres députés non plus, faute de culture scientifique et technique ...).

  • M7403983 le vendredi 17 oct 2014 à 09:44

    Il va demander des aides à Bruxelles afin de pouvoir se payer (à crédit) la fermeture de Fessenheim ... il en est bien capable !!!

  • M1765517 le vendredi 17 oct 2014 à 09:26

    Dufflot porte parole de Hollande, on croit réver

  • frk987 le vendredi 17 oct 2014 à 09:14

    J'aime la phrase "avant 2017", comme le démantèlement n'aura pas commencé à cette date, elle repartira en 2018, sacrés socialos !!!!