Hollande : «Assad n'est pas un partenaire de la lutte contre le terrorisme»

le
0
Hollande : «Assad n'est pas un partenaire de la lutte contre le terrorisme»
Hollande : «Assad n'est pas un partenaire de la lutte contre le terrorisme»

Le président de la République fixait ce jeudi les grandes lignes de sa diplomatie, lors d'une conférence aux ambassadeurs à l'Elysée, à qui il délivre leur feuille de route. Une intervention dans un contexte international d'une exceptionnelle gravité, marqué par le conflit en Ukraine, la guerre à Gaza, le chaos en Libye, les crises en Afrique, l'épidémie d'Ebola mais aussi et surtout l'avancée fulgurante des jihadistes de l'Etat islamique (EI).

Etat islamique. Le Président français a affirmé qu'aucune alliance n'était envisageable avec le président syrien Bachar Al-Assad pour lutter contre les jihadistes de l'Etat islamique en Syrie et en Irak. «Une large alliance est nécessaire mais que les choses soient claires : Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme, c'est l'allié objectif des jihadistes», a souligné François Hollande. «Il n'y a pas de choix possible entre deux barbaries».

«Le conflit (syrien) a débordé en Irak, pays déjà soumis aux divisions, aux conflits inter-religieux et à l'instabilité, si bien que l'Etat islamique s'est engouffré dans la brèche, parce que le terrorisme se nourrit toujours du chaos», a encore rappelé le chef de l'Etat. «Ce groupe menace aussi bien Bagdad que le Kurdistan irakien, il s'en prend aux minorités, les chrétiens d'Irak, les Yazidis et d'autres», a-t-il ajouté, rappelant que la France avait livré des armes «aux forces engagées en première ligne contre l'Etat islamique».

Libye. Le président demande à l'ONU un «soutien exceptionnel» à la Libye pour rétablir l'Etat, sous peine de voir le terrorisme se répandre «dans toute la région». «Si nous ne faisons rien de sérieux, rien de politique, rien d'international, le terrorisme se répandra dans toute la région», a mis en garde le chef de l'Etat. Il n'a pas précisé les formes civiles ou militaires du soutien que pourrait apporter l'ONU à la Libye.

Conflit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant