Hollande appelle les entreprises à investir malgré le terrorisme

le
0

PARIS (Reuters) - François Hollande a appelé mardi les entreprises étrangères à investir en France malgré les attentats qui ont frappé le pays.

Le président français s'exprimait lors d'une réunion avec des chefs d'entreprise étrangers à l'Elysée, quelques heures après des attaques à Bruxelles qui ont fait une trentaine de morts selon des médias belges.

"Nous sommes dans une période dramatique", a-t-il dit. "Une façon de pouvoir surmonter ces épreuves (...), c'est de mener une guerre intense au terrorisme (...) et en même temps c'est d'être capable de faire le choix de l'avenir, d'investir, d'innover."

"Nous sommes la modernité, nous sommes le progrès, nous sommes l'humanité qui avance et ce que les terroristes voudraient faire, c'est nous empêcher, nous diviser", a-t-il ajouté, jugeant qu'en investissant "c'est le monde qui décide de prendre son destin en main et de continuer à assurer la marche du progrès".

En ouvrant ce conseil stratégique de l'attractivité, le ministre de l'Economie avait auparavant vanté les réformes menées depuis 2012, dont celle du Code du travail qui sera présentée jeudi en conseil des ministres.

"Ce qui se passe dans ce pays, c'est une révolution culturelle", a dit Emmanuel Macron, qui s'exprimait en anglais. "Il y a maintenant un processus constant (de réformes-NDLR) en marche et ce processus ne s'arrêtera pas parce que notre population est d'accord avec ces réformes et est complètement consciente des changements et de la mondialisation."

Il a reconnu que le gouvernement pouvait parfois faire marche arrière face à l'hostilité comme sur la réforme du Code du travail. "Mais de grands pans de cette réforme sont acceptés", a-t-il dit.

Le Conseil stratégique de l'attractivité, dont la quatrième édition se tenait mardi, vise à sonder les entreprises et les investisseurs étrangers sur leurs besoins.

Sur la quarantaine de mesures décidées à l'issue des précédents conseils, 35 sont en vigueur ou en cours de mise en oeuvre, souligne le gouvernement. Parmi elles, on compte le "passeport talent", la réforme de la fiscalité des actions gratuites ou celle du régime fiscal des impatriés.

Le nombre d'investissements étrangers en France a diminué l'an passé mais a permis de créer ou maintenir 27% d'emplois de plus qu'en 2014, selon un bilan publié lundi par Business France, l'agence chargée de promouvoir la destination France pour les décideurs des autres pays.

Au total, 962 décisions d'investissements ont été enregistrées en 2015 contre 1.014 un an plus tôt, et ont permis de créer ou maintenir 33.682 emplois (contre plus de 26.000 en 2014).

(Jean-Baptiste Vey, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant