Hollande annonce une accélération des frappes en Irak

le
2

* Importante opération française dans la nuit de jeudi à vendredi * D'autres objectifs sont fixés, dit Hollande * Le juge Trévidic estime qu'il ne faut pas se vanter des frappes (Actualisé avec Hollande) BRUXELLES/PARIS, 24 octobre (Reuters) - La France va accélérer le rythme de ses opérations contre l'Etat islamique (EI) en Irak, a déclaré vendredi François Hollande, quelques heures après une importante frappe qui a détruit douze bâtiments abritant notamment des armes. "Il y a d'autres objectifs qui sont fixés et le rythme de nos opérations va s'accélérer", a dit le président français à l'issue du Conseil européen de Bruxelles. "Nous sommes dans une phase où nous avons recueilli tous les renseignements et où nous pouvons agir pour frapper durement l'organisation terroriste", a-t-il ajouté en précisant que ce serait "un processus long". Paris a rejoint le 19 septembre dernier la campagne aérienne américaine contre les djihadistes en menant une première série de frappes contre un dépôt logistique de l'EI dans la région de Mossoul, dans le nord-est de l'Irak. Dans la nuit de jeudi à vendredi, une nouvelle frappe importante à eu lieu près de Kirkouk en appui des forces kurdes. "Cette nuit nous avons fait une grosse opération en Irak où nous avons détruit des bâtiments dans lesquels Daech produisait (ses) pièges, (ses) bombes, (ses) armes pour attaquer les forces irakiennes", avait déclaré plus tôt sur Europe 1 le chef d'état-major des armées, Pierre de Villiers. "J'ai eu le résultat (...) cette nuit vers 01h00 du matin et nous avons fait douze buts", a-t-il ajouté, évoquant la destruction de douze bâtiments par deux Rafale français. "Je crois pouvoir dire qu'on leur a fait mal cette nuit." Au total, "de l'ordre de 70 bombes" ont été larguées par la coalition, a-t-il précisé. LE JUGE TREVIDIC APPELLE A NE PAS TROP PARLER Le juge antiterroriste Marc Trévidic a estimé qu'une telle communication sur des frappes était risquée pour Paris, à l'heure où de nombreux jeunes Français sont selon lui "à la limite de basculer" dans l'islam radical. "On peut faire des frappes, est-ce qu'on a besoin d'en parler? De trop en parler pour exciter nos jeunes ?", a-t-il dit sur i>TELE. "C'est pas à moi d'en décider mais je pense qu'il faudrait quand même être un ton en dessous, faire ce qu'on a à faire mais pas trop s'en vanter." "Si on veut des gens qui sortent avec des Kalachnikov et qui tirent sur les citoyens dans les rues, on peut s'y prendre comme ça effectivement", a-t-il ajouté. Neuf Rafale, un avion de ravitaillement C-135, un avion de patrouille maritime Atlantique 2 sont mobilisés dans le cadre de l'opération française, baptisée Chammal. Davantage de Rafale pourraient être déployés "si nécessaire", a indiqué vendredi Pierre de Villiers. Paris écarte pour l'instant l'idée d'un engagement au sol en Irak et de frappes aériennes en Syrie où agissent notamment les Etats-Unis contre l'Etat islamique. L'opération menée dans la nuit de jeudi à vendredi était la septième menée par Paris en Irak. "Il nous faut un temps de reconnaissance pour appréhender les cibles", a expliqué le chef d'état-major des armées, qui répondait aux interrogations sur la disproportion entre le nombre de frappes américaines et françaises. "Nous avons tiré tous les jours de la semaine et encore cette nuit", a-t-il ajouté. "La machine de la coalition est en route." (Chine Labbé, avec Jean-Baptiste Vey à Bruxelles, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bstefank le vendredi 24 oct 2014 à 19:08

    Comme si c'était indispensable de claironner l'action de la France en Irak. Le plus sûr moyen d'énerver les fous sanguinaires. C'est de l'inconscience. Attention au retour de bâton.

  • frk987 le vendredi 24 oct 2014 à 18:44

    Tout s'accélère, les frappes comme le chômage......