Hollande affirme qu'il ne sera pas candidat en 2017 si le chômage ne baisse pas

le
10
Hollande affirme qu'il ne sera pas candidat en 2017 si le chômage ne baisse pas
Hollande affirme qu'il ne sera pas candidat en 2017 si le chômage ne baisse pas

Voilà qui sonne comme un nouveau pari. Après avoir pris le risque de faire de l'inversion de la courbe avant la fin 2013 sa promesse phare -alors que les chiffres du chômage pulvérisent chaque mois de nouveaux records- François Hollande fait savoir qu'il ne sera pas candidat à la prochaine présidentielle si le nombre de demandeurs d'emploi ne baisse pas d'ici là.

>> QUESTION DU JOUR. François Hollande doit-il se représenter en 2017 ?

«Si le chômage ne baisse pas d'ici à 2017, je n'ai, ou aucune raison d'être candidat, ou aucune chance d'être réélu», a lancé le chef de l'Etat, lors d'un lors d'un déjeuner avec des salariés de l'entreprise Michelin, qu'il a visitée ce vendredi. De quoi éclipser quelque peu l'onde de choc de l'affaire Aquilino Morelle, son conseiller politique qui a annoncé sa démission après avoir été accusé de conflit d'intérêts.

L'emploi, une «priorité»

Le président de la République répondait à un salarié du géant du pneu, qui l'interrogeait sur le chômage. François Hollande a rappelé que l'emploi était sa «priorité» et tout particulièrement l'emploi des jeunes. «On va y mettre toute notre énergie parce qu'il n'y a pas d'autre enjeu», a-t-il promis.

Prononcée à Clermont-Ferrand, chez Michelin, la petite phrase de François Hollande prend une dimension symbolique. C'est à propos de restructurations massives engagées au tournant des années 2000 par Michelin au prix de milliers de suppressions de postes, que Lionel Jospin, alors Premier ministre socialiste, avait lâché imprudemment : «Il ne faut pas attendre tout de l'Etat et du gouvernement».

Reste que s'engager sur une baisse du chômage, c'est autant de risques de décevoir l'opinion et de prêter le flanc aux critiques de l'opposition. Mi-avril 2012, le candidat socialiste, François Hollande, ne raillait-il pas son concurrent UMP, le président sortant Nicolas Sarkozy, qui avait «déclaré en 2007 que sa ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le samedi 19 avr 2014 à 18:22

    Comme le dit si bien psdi, c'est vrai qu'il est très fort ce François...mais pas dans le sens et à la hauteur des espérances qu'il a suscitées...TRES FORT en manipulation, mensonges et enc-fumage !!!...Il a joué le "coup" pour LUI...mais pas pour la France !!!...Le fait en est dans les sondages, on a jamais vu ça de mémoire d'homme ...

  • ltondu le samedi 19 avr 2014 à 09:10

    Parle déjà de sa candidature ! un vrai trou duk au vu de ses résultats et de ses agissements, il fait honte et déshonneur à la fonction.

  • nayara10 le samedi 19 avr 2014 à 00:45

    Mais ,si le chômage baisse dans sa montée.....Alors...c'est tout BON...C'est ce qu'il nous a expliqué le 31 Décembre .....

  • janaliz le vendredi 18 avr 2014 à 22:47

    Enfumage ! Si le chômage ne baisse pas c'est la révolution avant 2017. Ses propos sont une provocation envers ceux qui souffrent.

  • M5005891 le vendredi 18 avr 2014 à 20:50

    Dehors tout de suite, avec seulement 18%, c'est la porte, la seule direction légitime.

  • 2445joye le vendredi 18 avr 2014 à 20:43

    Pourquoi attendre aussi longtemps ? En 2 ans il a fait amplement ses preuves.

  • Berg690 le vendredi 18 avr 2014 à 20:19

    Qui peut croire encore un socialiste!

  • M940878 le vendredi 18 avr 2014 à 20:00

    débilité profonde => asile direct

  • M6695204 le vendredi 18 avr 2014 à 19:57

    Pour masquer les casserolles qu'il traine en seulement DEUX ans .Enfermons le pour le restant de ses jours à l'asile!!!

  • Ross007 le vendredi 18 avr 2014 à 19:54

    Encore une promesse hasardeuse !Brûlons un cierge .