Hollande accro au Parti socialiste ?

le
0
Jean-Christophe Cambadélis et François Hollande, ici en 2007.
Jean-Christophe Cambadélis et François Hollande, ici en 2007.

France Inter : Beaucoup, y compris au PS, reprochent à François Hollande d'avoir placé Jean-Christophe Cambadélis de manière arbitraire à la tête du PS. Est-ce justifié ? Charlotte Chaffanjon : Il y a quand même eu un vote du PS hier pour le désigner, mais Jean-Christophe Cambadélis a été imposé par l'Élysée. Pourtant, non, François Hollande ne se mêle pas tant que cela de la vie du PS. Se mêler de la vie de son parti, il y en a un qui l'a vraiment fait, et c'est Nicolas Sarkozy. Ça vaut le coup de se rafraîchir la mémoire, parce qu'il ne faut pas oublier que François Hollande a construit toute son image de président en opposition à celle de son prédécesseur. Allez-y, rappelez-nous ! Eh bien, Sarkozy, quand il avait quelque chose à dire aux militants UMP, il ne se posait pas de question. Il se rendait en personne aux conseils nationaux, qui sont en fait des réunions de l'appareil, et il faisait de grands discours. Par exemple, le 12 janvier 2008, au Palais des sports, le président de tous les Français dit aux militants UMP : "Je suis heureux d'être avec vous, d'être en famille. Militer n'est pas une activité honteuse." Le 30 janvier 2008, à une convention de l'UMP, il fait un long discours, très politique, sur l'Europe. Le 29 novembre 2009, à Aubervilliers, encore un conseil national de l'UMP, il assume sans complexe le rôle de chef de parti et lance la bataille des régionales... Je vous laisse imaginer les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant