Hollande à Washington : ici, il est célèbre depuis l'affaire Gayet

le
0
Hollande à Washington : ici, il est célèbre depuis l'affaire Gayet
Hollande à Washington : ici, il est célèbre depuis l'affaire Gayet

«C'est l'événement le plus couru de la saison », se délecte la presse people, à la veille du dîner d'Etat qui sera offert demain en l'honneur du président français sur la pelouse sud de la Maison-Blanche. Trois semaines après la rupture retentissante de François Hollande et de Valérie Trierweiler, l'événement continue de passionner outre-Atlantique. « C'est étonnant, s'amuse Peter Baker, correspondant à la Maison-Blanche pour le New York Times. Il y a quelques semaines, personne ne savait qui était François Hollande. Le public américain ne le connaît que par l'affaire... »

Qui sera assis à la droite d'Obama ? Faut-il prévoir une danse, si Hollande n'a pas de partenaire ? Les employés du protocole de la Maison-Blanche en ont des migraines. « On ne me parle que de ça », confie un diplomate new-yorkais.

QUESTION DU JOUR. Un président célibataire pour représenter la France, est-ce gênant ? 

Mr Pudding

Les projecteurs sont braqués sur un président resté, jusqu'à présent, une figure floue pour les Américains. « Jacques Chirac comme Nicolas Sarkozy avaient provoqué des sentiments forts, relève Peter Baker. De rejet comme de soutien. Hollande n'a pas construit d'image particulière. »

Près de deux ans après son élection, les éditorialistes continuent de s'interroger sur la personnalité de ce Mr Pudding qui, entre deux balades à scooter, a envoyé ses troupes combattre (avec succès) le terrorisme au Mali, avant de les engager en Centrafrique. Sa fermeté sur les dossiers syrien et iranien « lui a fait gagner un nouveau crédit auprès des faucons de Washington et de la communauté juive, souligne le président du Hudson Institute, Kenneth R. Weinstein. La politique de sécurité de la France est appréciée parmi les élites qui rejettent la realpolitik d'Obama et son absence de réaction face à la crise humanitaire en Syrie ». Mais ce message, regrette-t-il, « risque d'être occulté par les affaires de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant