Hollande à Tulle : "Les gens ne s'attendaient pas à ça de lui !"

le
3
Valérie Trierweiler et François Hollande à Tulle le 6 mai 2012, le soir de l'élection présidentielle.
Valérie Trierweiler et François Hollande à Tulle le 6 mai 2012, le soir de l'élection présidentielle.

"Vous savez, le 6 mai 2012, j'avais l'impression qu'on était la capitale de la France", glisse timidement une commerçante de la place de la Cathédrale à Tulle. Cette place même où François Hollande avait fêté sa victoire présidentielle, un soir pluvieux, dansant avec Valérie Trierweiler sur l'air de "La vie en rose". "Mais je préfère ne plus parler de tout ça, ce qui se passe donne une mauvaise image de la ville...", poursuit la dame, sans jamais prononcer le nom de celui qui la déçoit. À quelques mètres de là, ce vendredi 17 janvier 2014, les reporters ont pris leurs quartiers à la terrasse de La taverne du sommelier, une institution locale. Quelque 90 journalistes sont accrédités. François Hollande vient présenter ici ses voeux pour la nouvelle année. C'est un retour aux sources en pleine tempête. Député de Corrèze pour la première fois en 1988, avant de devenir maire de Tulle en 2001 et d'accéder en 2008 à la présidence du conseil général, il a tissé un lien intime avec le département. "Like a Shakespeare's play" Les frasques présidentielles ont suscité une véritable frénésie de la part de la presse étrangère qui cherche de toutes ses forces à rejoindre le coeur de cette petite ville de Corrèze. Un journaliste du New York Times supplie l'Élysée de lui trouver une place dans l'avion qui part de Paris samedi matin. Mais il est complet. Celui de la BBC a eu la bonne idée de venir dès vendredi. Il est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • clau0646 le samedi 18 jan 2014 à 16:07

    le MI.NA.BLE normal est exemplaire !!!!!!minable par ses performances, et exemplaire par le scoop italien !!

  • M7523987 le samedi 18 jan 2014 à 13:33

    Il nous fait honte pas seulement depuis cette affaire qui couronne le tout. C'est un mi na ble

  • tjordan1 le vendredi 17 jan 2014 à 19:51

    Gayet rentre dans l'histoire comme la Montespan. Réclamer 60.000€ c'est d'un mesquinerie sans nom. Seule une socialiste peut être aussi pingre.