Hollande a reçu 14 frondeurs du PS à l'Elysée pour renouer le dialogue

le
5
Hollande a reçu 14 frondeurs du PS à l'Elysée pour renouer le dialogue
Hollande a reçu 14 frondeurs du PS à l'Elysée pour renouer le dialogue

L'opération rabibochage a duré deux heures et demie. François Hollande a reçu quatorze députés «frondeurs» du Parti socialiste à l'Elysée, mercredi soir, dans le salon des Ambassadeurs du palais présidentiel où se tient chaque semaine le Conseil des ministres, pour renouer avec eux un dialogue rompu lors du débat sur la loi Macron. Une conversation bien loin des sanctions envisagées un temps, quand ces élus avaient contraint le gouvernement à passer en force et utliser l'article 49.3  pour imposer ce texte. Parmi les députés conviés à l'Elysée, figuraient Barbara Romagnan, Christian Paul, Pouria Amirshahi, Laurent Baumel, Benoît Hamon, Henri Emmanuelli et Pascal Cherki.

«Ca s'est bien passé, le président nous a reçus longtemps, on a pu exposer nos convictions, nos raisonnements», s'est félicitée la députée du Doubs Barbara Romagnan, s'exprimant devant la presse au nom du groupe d'élus, à l'issue de la rencontre. Le président de la République «nous a dit sa volonté de rassemblement, on a la même mais on pense aussi que le rassemblement passe par le changement d'un certain nombre de politiques», a ajouté l'élue socialiste, estimant que «c'est une des conditions de la crédibilité de notre combat contre le Front national, contre le désarroi de nos concitoyens».

Pas de changement de ligne ni de Premier ministre

Le message adressé au président était qu'«en l'état sa politique ne passe pas auprès de la majorité», mais «l'essentiel est qu'il y ait un dialogue. Cela faisait longtemps que cette rencontre était attendue», a pour sa part estimé Pouria Amirshahi. François Hollande n'était «ni dans le reproche, ni dans la justification totale» de sa politique, a indiqué le député de la 9e circonscription des Français de l'étranger.

Même son de cloche chez le député de la Nièvre Christian Paul, pour qui «le dialogue est noué» même si «ce n'était pas une rencontre conclusive». «C'était ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • niclin le jeudi 12 mar 2015 à 12:57

    Et dire que certains osent se moquer !!!

  • miez1804 le jeudi 12 mar 2015 à 09:50

    @M825: si aumoins l'augmentation d'impot aurait servi a reduire la dette, mais bon il ne faut pas rever..............

  • M8252219 le jeudi 12 mar 2015 à 09:33

    Les français s'éloignent d'un gouvernement qui perd!!!!!!!! 125 milliards d'impôts supplémentaires et 600000 chômeurs de plus en 3 ans; depuis que le parti socialiste est au gouvernement.

  • hbaudry1 le jeudi 12 mar 2015 à 09:20

    Pour obtenir leur soutien et se faire réélire, il leur a probablement promis des postes ! Qui va payer ? NOUS bien sûr !!!!

  • janaliz le jeudi 12 mar 2015 à 09:03

    petit président d'une fange sectaire...Circulez y'a rien à voir !