Hollande à nos lecteurs : «Sur le chômage, il n'y a pas de solution magique»

le
8
Hollande à nos lecteurs : «Sur le chômage, il n'y a pas de solution magique»
Hollande à nos lecteurs : «Sur le chômage, il n'y a pas de solution magique»

KARINE DIDIER. M. Montebourg a qualifié votre politique économique de « suicidaire », allant jusqu'à dire que nous risquions 800 000 chômeurs de plus au bout du chemin. Quelle réponse pouvez-vous faire pour rassurer les Français ?

FRANÇOIS HOLLANDE. Le chômage est ma première préoccupation, car c'est la première des Français. Depuis deux ans et demi, nous avons agi pour restaurer la compétitivité des entreprises, réduire le chômage des jeunes et lutter contre le chômage de longue durée. Cependant, il n'y aura de l'emploi que s'il y a de la croissance : il n'y a pas d'autre façon de faire. C'est le sens de ce que le gouvernement entreprend pour l'investissement, l'innovation, le soutien à l'activité. L'essentiel, c'est la confiance, c'est elle le moteur. Ce qui m'a marqué, lors des événements qui nous ont frappés au début de janvier, c'est que notre pays, qui était dans le doute sur son avenir, dans la crainte d'être déclassé sur le plan mondial, s'est rendu compte que sa force résidait dans son unité. La reprise est là, elle s'annonce par de nombreux signes que nous percevons en matière de consommation, d'investissement et de moral des ménages. Mais sa vigueur dépendra de notre cohésion et de la confiance que nous saurons donner à notre pays.

SÉBASTIEN HOURS. Comment envisagez-vous d'assouplir les règles d'embauche et de libérer l'emploi ?

La réticence de beaucoup d'entrepreneurs à embaucher un salarié est liée à l'incompréhension de ne pas pouvoir s'en séparer en cas de difficulté économique. Ce qui explique que plus de 75 % des embauches se font en contrat à durée déterminée ou par intérim. Mais comment un salarié en CDD peut-il organiser sa vie, louer un logement ou faire un emprunt bancaire ? C'est pourquoi le gouvernement introduit dans la loi Macron une règle pour simplifier la procédure devant les prud'hommes pour qu'aussi bien pour les salariés que pour les employeurs, les délais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M608962 le mercredi 4 mar 2015 à 21:37

    et sa boite à outils !!!!!

  • M4484897 le mercredi 4 mar 2015 à 15:02

    une bonne nouvelle 60 000 chomeurs de moins, on embauche des instits alors qu'il y en a des centaines sans poste (mais pas sans salaire!)

  • contava4 le mercredi 4 mar 2015 à 15:00

    il y a 30 mois :c'était la faute en partie à NS.....CE TYPE EST UN MENTEUR:que des mensonges pour son élection

  • M8252219 le mercredi 4 mar 2015 à 14:13

    126 milliards d'impôts supplémentaire depuis 2012!!!!!!!! et le déficit augmente toujours. A QUAND DES ÉCONOMIES SUR LE BUDGET DE L'ÉTAT,la désespérance à remplacé la" magie"!! de 2012,

  • M8252219 le mercredi 4 mar 2015 à 14:09

    Il aurait été réaliste de réduire les dépenses de l'état et d'affecter ces économies à 'apprentissage en entreprise et en formation des chômeurs en les responsabilisant . Il se rend compte qu'il n'a pas été à la hauteur par aveuglement,dogmatisme et clientélisme.

  • M9941825 le mercredi 4 mar 2015 à 14:06

    On n'a plus d'argent pour financer le chômage : on pourrait peut être s'attaquer à améliorer l'emploi

  • charleco le mercredi 4 mar 2015 à 13:38

    Si, la baisse des impôts des taxes et des tracasseries administratives. C'est lui qui a tout bloqué, c'est à lui de débloquer.

  • M940878 le mercredi 4 mar 2015 à 13:04

    Mais si il a inversé la courbe du chômage en 2013