Hollande a dégainé sa plume plus vite que Sarkozy

le
2
L'entourage du chef de l'Etat réfléchissait également à l'écriture d'une lettre pour entrer dans une relation directe avec les Français et lancer sa campagne.

La lettre aux Français reste une valeur sûre. Et celle rédigée en 1988 par François Mitterrand un exemple. 24 ans après la Lettre aux Français écrite par l'ancien président, François Hollande a choisi le journal Libération pour publier une «adresse» aux Français. Une manière pour le candidat socialiste de remobiliser les troupes après le trou d'air de l'après-primaire, et ce 110 jours avant l'échéance présidentielle.

«Depuis la fin de la primaire, le Parti socialiste a semblé fonctionner comme un écran entre François Hollande et les Français, analyse Stéphane Rozès, président de Cap (Conseils, analyses et perspectives) et enseignant à Sciences-Po. La symbolique de l'écrit est forte. Une lettre ne s'écrit pas à plusieurs: François Hollande revient dans un rapport direct avec la nation». Le slogan "Le changement c'est maintenant", que pourrait choisir le candidat Hollande, s'inscrit dans la tradition mitterrandienne en reprenant l'hymne du PS

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le mardi 3 jan 2012 à 11:49

    JPi - Tenir jusqu’à l’élection et après moi le déluge, c'est le programme de l'UMP. Celui du PS - Devenir président et proposer les mêmes suicides économiques qu'en 81 . Je vote pour qui proposera la fin des abus: 1- Fin des 35 h , 2 -Plafonnement des retraites payées par l’état , 3- réduction (-20%) des salaires de la fonction publique européenne , 4 - fin des niches fiscales...des parachutes dorés, des primes, des salaires mirobolants… « PARTAGER PLUS, LA PEUR EN MOINS »

  • M4189758 le mardi 3 jan 2012 à 11:49

    JPi - En 81, Mitterrand applique le programme commun. En 83, le pays est au bord de la faillite et il fait appel à Mrs Delors et Rocard qui nous font une politique de droite qu’aucune droite n’a jamais eu le courage d’oser. En 2012, le candidat et son programme commun disposeront de quinze jours et mettront deux ans pour s’en remettre.