Hollande, à Abou Dhabi, défend l'art contre la "barbarie"

le
0
    ABOU DHABI, 3 décembre (Reuters) - François Hollande s'est 
exprimé samedi publiquement pour la première fois depuis 
l'annonce qu'il ne briguerait pas un second mandat, vantant, au 
Louvre d'Abou Dhabi, la lutte engagée contre la "barbarie" à 
travers la protection de l'art. 
    Le président français a visité le chantier du site, qui doit 
ouvrir ses portes l'an prochain, et expliqué que "le musée a 
cette ambition (...), pouvoir envoyer un message de dialogue de 
paix, de compréhension et d'intelligence", dans un monde arabe 
bouleversé par les guerres en Irak et en Syrie. 
    L'ouverture de ce musée illustre le "conflit entre la 
civilisation, l'humanité (...) et la barbarie", a-t-il ajouté, 
évoquant le "fanatisme" et l'"obscurantisme" de l'Etat islamique 
que la France combat en Irak et en Syrie. 
    Le chef de l'Etat clôturera samedi une conférence 
internationale sur la protection du patrimoine menacé par les 
conflits, une action que les autorités françaises qualifient de 
pendant à la lutte armée contre l'Etat islamique. 
    "Cette conférence est faite pour protéger les oeuvres du 
passé, le patrimoine qui risque d'être menacé, détruit par la 
barbarie et le fanatisme", a dit François Hollande. 
    Il s'agit, d'"envoyer un message de paix, de tolérance et de 
protection", d'abord des personnes, et dans le même temps "nous 
devons protéger notre histoire, nos cultures, nos 
civilisations", a-t-il poursuivi. 
 
 (Jean-Baptiste Vey) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant