"Hola Habana !", les Rolling Stones sur scène à Cuba

le
1
CONCERT HISTORIQUE DES ROLLING STONES À LA HAVANE
CONCERT HISTORIQUE DES ROLLING STONES À LA HAVANE

par Daniel Trotta

LA HAVANE (Reuters) - Les Rolling Stones, naguère considérés par le régime cubain comme une incarnation de la "déviance idéologique", se sont produits vendredi soir à La Havane pour la première fois de leur longue carrière.

Le concert gratuit du groupe britannique sur les pelouses de la Ciudad Deportiva s'est ouvert vers 21h30 par "Jumpin' Jack Flash", un titre enregistré en 1968. A l'époque, la musique des Stones circulait sous le manteau dans l'île communiste. Il s'est achevé en dernier rappel avec le titre "Satisfaction".

"Nous savons qu'autrefois, il était difficile d'écouter notre musique à Cuba, mais nous voilà sur scène, je pense aussi que les temps changent", a déclaré, en espagnol, Mick Jagger à la foule.

Leur concert clôt une semaine riche en symboles à La Havane, avec la venue de Barack Obama en visite officielle, de dimanche à mardi, la première d'un président des Etats-Unis en 88 ans.

Aucun chiffre officiel n'a été communiqué sur le nombre de spectateurs, mais des médias d'Etat cubains évoquaient la présence d'un demi-million de personnes.

Les premiers spectateurs étaient arrivés 18 heures avant le début du spectacle. Angela Menendez, femme de ménage dans un hôpital, était de ceux-là : "J'aime tant Mick Jagger. J'ai toujours rêvé de ça. Savoir qu'il serait là m'a privée de sommeil", explique-t-elle.

Plus loin dans la foule, Juan Carlos Leon, 57 ans, exulte. "Pour moi, c'est une consécration. J'ai attendu ça toute ma vie. Les Stones sont les plus grands."

Les Stones se sont formés à Londres en 1962, trois ans après la révolution castriste.

Bien que Britanniques, ils ont été classés comme subversifs et incarnant l'impérialisme par les autorités communistes de l'île et leur musique, comme celle des Beatles ou d'Elvis Presley, a longtemps été interdite d'antenne sur les médias audiovisuels publics. Les Cubains surpris à écouter les Stones risquaient d'être expulsés de l'université, voire envoyés en rééducation dans les brigades rurales de travail.

"LES TEMPS CHANGENT PARTOUT"

La censure s'est progressivement desserrée. Et le 8 décembre 2000, Fidel Castro inaugurait dans un parc de La Havane une statue à l'effigie du Beatle John Lennon, assassiné vingt ans plus tôt à New York.

"Les temps changent partout", a confié Mick Jagger, aujourd'hui âgé de 72 ans, à son arrivée à l'aéroport de La Havane, jeudi. "Nous avons joué dans plein d'endroits incroyables, mais ce concert à La Havane sera pour nous un événement historique. Nous espérons qu'il le sera pour vous aussi", disait-il, en espagnol, dans une vidéo mise en ligne sur YouTube.

Vendredi soir, le leader du groupe est monté sur scène en chemise fuschia satinée, veste lamée et pantalon ajusté. Keith Richards, bandeau multicolore sur le front, arborait un blouson teddy orné de motifs d'animaux tropicaux.

Sur son site internet, Juventud Rebelde, quotidien officiel de la jeunesse cubaine, a rapidement rendu compte de ce "concert sans aucun doute historique".

"Devant une multitude de gens réunis à la Ciudad Deportiva, le groupe britannique a offert vendredi soir une masterclass de rock classique et novateur", écrit le journal. "Le plaisir et l'énergie positive étaient visibles sur les visages des légendaires Mick Jagger, Keith Richards, Charlie Watts et Ronnie Wood."

Les Stones achevaient à La Havane leur tournée latino-américaine.

Il a fallu une soixantaine de conteneurs pour acheminer les structures de la scène, les projecteurs, les murs d'enceintes, les écrans géants, pour une masse totale d'un demi-millier de tonnes, selon le directeur de production du show, Dale Skjerseth. Environ 140 personnes travaillent sur la tournée, auxquelles se sont joints au moins 80 Cubains.

(avec Frank Jack Daniel et Nelson Acosta, Henri-Pierre André pour le service français, édité par Julie Carriat)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a 8 mois

    Rappel car censuré ( par joly je suppose) : Ca ne pouvait qu'être gratuit car les Cubains sont tous pauvres après des années de communisme.