Hochtief a reçu des offres pour sa division aéroportuaire

le
0
DES OFFRES POUR LA DIVISION AÉROPORTUAIRE DE HOCHTIEF
DES OFFRES POUR LA DIVISION AÉROPORTUAIRE DE HOCHTIEF

FRANCFORT (Reuters) - L'allemand Hochtief, filiale du groupe espagnol de BTP espagnol ACS, a reçu plusieurs offres pour sa division aéroportuaire, a-t-on appris lundi auprès de deux sources ayant eu connaissance du dossier.

Hochtief avait suspendu la vente de ses participations dans six aéroports au début de l'an dernier, après avoir échoué à s'en défaire pour 1,5 milliard d'euros.

Marcelino Fernandez Verdes, président du directoire de Hochtief depuis novembre, a depuis lancé un plan de cession des activités aéroportuaires et de promotion immobilière du groupe, afin de réduire sa dette et d'en faire l'un des principaux fournisseurs d'infrastructures au monde.

Le groupe allemand de BTP tente désormais de nouveau de vendre ses parts dans les aéroports de Düsseldorf, Hambourg, Budapest, Sidney et Tirana, mais renonce pour le moment à céder celle qu'il détient à Athènes.

Une source représentant l'un des acheteurs potentiels a rapporté que la vente, organisée par Deutsche Bank, pourrait désormais représenter 1,2 milliard d'euros.

Plusieurs sources ont précisé que Fraport, qui exploite l'aéroport de Francfort, Global Infrastructure Partners, qui contrôle les aéroports de la City et de Gatwick à Londres, le canadien Brookfield Asset Management et l'assureur Allianz avaient tous fait des offres.

Fraport a annoncé le mois dernier son intention de se renforcer dans la gestion d'aéroports, notamment au Brésil. Allianz s'est déjà dit intéressé par des investissements dans des aéroports et des autoroutes, mais a précisé qu'il en laisserait l'exploitation à un partenaire industriel.

Un autre acheteur potentiel n'a fait une offre qui ne concerne que les aéroports allemands de Düsseldorf et de Hambourg, selon l'une des sources.

Hochtief, Fraport et Allianz n'ont pas souhaité faire de commentaire, tandis que GIP et Brookfield n'étaient pas disponibles dans l'immédiat.

Avant la suspension de la vente l'an dernier, le français Vinci, le chinois HNA, qui contrôle la compagnie Hainan Airlines et un consortium formé par Fraport et RREEF, un fonds d'investissement de Deutsche Bank, figuraient parmi les acheteurs intéressés.

Vinci a signé en février l'acquisition de l'opérateur aéroportuaire portugais ANA pour 3,08 milliards d'euros, après avoir remporté un appel d'offres face à Fraport, au suisse Flughafen Zürich et à l'argentin Corporacion America.

Arno Schütze, Julien Dury pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant