Hô Chi Minh Fútbol Club

le
0
Hô Chi Minh Fútbol Club
Hô Chi Minh Fútbol Club

Un maillot rouge, un écusson avec le visage d'Hô Chi Minh, et des valeurs communistes transmises aux jeunes de l'académie. À Ayacucho, au Pérou, un club amateur porte le nom du premier président de la République démocratique du Vietnam. Focus.

Près de 20 000 kilomètres séparent Hô Chi Minh City et Ayacucho. Comptez une journée de vol, un violent changement thermique et un dépaysement total. L'ancienne Saïgon et ses presque huit millions d'habitants sont le centre économique du Vietnam. Ayacucho, connue sous le surnom de "ville aux trente-sept églises" est, elle, perchée à 2752 mètres d'altitude sur les collines péruviennes, et connue pour ses vestiges archéologiques. Sur le papier, absolument aucune accointance entre les deux villes. Mais que pourrait relier ces deux communes ? Point de jumelage ici, mais un club de football aux origines plutôt surprenantes : le Club Deportivo y Cultural Hô Chi Minh, créé en 1974 par cinq étudiants péruviens aux idéaux proches de ceux du fondateur de la République démocratique du Vietnam. Depuis plus de quarante ans, des Péruviens se réunissent pour s'entraîner sur un terrain où l'herbe pousse péniblement afin de tâter le ballon. En maillot rouge, bien sur.

Persécution politique


"Nous étions des jeunes étudiants, révolutionnaires de gauche. À cette époque, dans les universités et surtout à Ayacucho, on nous donnait des cours sur Marx, Lénine et Mao. Personnellement, j'étais fasciné par l'idéologie communiste d'Hô Chi Minh." Juan de Dios Mendoza est l'un des cinq fondateurs du club. La soixantaine avancée, il est président du club qu'il a vu naître. Il raconte les débuts difficiles du club : "À partir de 1978 et jusqu'en 1992, la gauche était persécutée au Pérou. Certains pionniers du club ont dû abandonner la ville, et vivre cachés. Je suis même allé en prison à six reprises. Nous étions subversifs selon les militaires au pouvoir. Mais nous étions simplement des sympathisants de Hô Chi Minh, passionnés de football." Les fondateurs du club soulèvent d'avantage les soupçons de la dictature après la création du Sentier Lumineux (groupe communiste considéré comme terroriste, qui mène l'insurrection contre les militaires, ndlr) à l'université San Cristobal de Huamanga, celle même où les cinq amoureux du ballon rond ont fondé le club à l'accent vietnamien. Ce qui ressemblait d'abord à un simple hommage se transforme alors en réel combat politique.

Francisco de la Cruz, l'un des pionniers, confirme : "On voulait que la culture et le sport soient à la portée des paysans. Il n'y avait pas d'équipes de football pour les habitants de la…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant