HISTOIRE. Virus H1N1 : trois questions sur la pandémie de 1918

le
0
HISTOIRE. Virus H1N1 : trois questions sur la pandémie de 1918
HISTOIRE. Virus H1N1 : trois questions sur la pandémie de 1918

Il y a près d'un siècle, une pandémie ultra-violente frappait le monde. En cette fin 1918, le virus H1N1 va plus tuer que la guerre.

 

ESPAGNOLE, VRAIMENT ?

En fait non, pas du tout. Quand la grippe espagnole surgit au printemps 1918, le royaume qui s'est tenu à l'écart de la Première Guerre mondiale n'est pas soumis à la censure militaire. Ce sont donc les journaux espagnols qui évoquent les premiers cas « maison », alors que le virus sévit déjà ailleurs. Il aurait sans doute fallu dire « grippe américaine », car c'est aux Etats-Unis qu'elle serait née. Et probablement, comme l'a révélé une étude de 2014, dans un camp de formation militaire au Kansas (photo). De là, elle se serait propagée vers l'Europe où étaient envoyés les Sammies.

 

LA PIRE PANDÉMIE DE L’HISTOIRE ?

Tant par sa morbidité (contagion) que sa mortalité (virulence), le virus (photo) de la grippe de 1918 est phénoménal. Environ un milliard d'habitants contaminés, soit... 50 à 70 % de la population mondiale ! Avec 20 à 40 millions de décès* (des évaluations récentes parlent de 100 millions), c'est la pandémie connue la plus meurtrière de l'histoire, avec la peste noire de 1348 (30 millions de tués). Mais cette dernière avait été plus violente encore, car concentrée sur l'Europe (même si elle venait d'Asie mineure) : entre 30 et 50 % de la population avaient été rayés de la carte européenne en trois ans !

* Entre 200 000 et 400 000 victimes en France

 

POURQUOI CIBLE-T-ELLE LES JEUNES ?

Si la grippe saisonnière s'attaque d'ordinaire aux plus fragiles, c'est-à-dire les jeunes enfants et les personnes âgées, celle de 1918-1919 a fait des ravages chez les 20-40 ans. Comment expliquer ce pic inhabituel ? On a d'abord avancé que les jeunes sont ceux qui se déplacent le plus, donc qui côtoient le plus de monde et sont le plus exposés. Une étude récente de l'université d'Arizona (Etats-Unis) avance une autre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant