Hippodrome de Compiègne : Woerth contre-attaque

le
0
INTERVIEW - L'ancien ministre révèle que Matignon avait autorisé la cession, aujourd'hui contestée, du champ de courses de la ville de l'Oise.

Mis en cause pour son rôle, en tant que ministre du Budget, dans la vente, conclue le 17 mars 2010, d'un terrain d'une soixantaine d'hectares, appartenant à l'État et comprenant un hippodrome ainsi qu'un golf, Éric Woerth s'explique pour la première fois. Une transaction irréprochable selon lui et accomplie dans l'intérêt de l'État. Le 13 janvier prochain, la Cour de justice de la République doit se prononcer sur ce dossier.

La vente par l'État de l'hippodrome de Compiègne est contestée. Dans quelles conditions a-t-elle été réalisée ?

Cette vente doit être replacée dans son contexte : celui de la politique immobilière de l'État, que j'ai complètement renouvelée avec l'accord du président de la République et du premier ministre lorsque j'étais ministre du Budget. Elle était jusqu'alors fractionnée, chacun des ministères étant propriétaire de son immobilier. Décision a été prise de donner au ministère du Budget la responsabilité de l'immobilier

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant