Hippodrome de Compiègne : un rapport blanchit Woerth

le
1
Le rapport d'expertise commandé par le ministre délégué du Budget, Jérôme Cahuzac, pour examiner les conditions de vente de l'hippodrome de Compiègne, blanchit son prédécesseur au regard de la loi.

«L'analyse du professeur Terneyre laisse peu de place à ce stade à une remise en cause de la cession.». La note datée du 23 juillet de Jérôme Cahuzac, ministre délégué du Budget, à Philippe Berger, secrétaire général du Syndicat national unifié des personnels des forêts et de l'espace naturel, balaie toute ambiguïté devant la loi.

Dans un rapport d'expertise remis le 12 juillet à Jérôme Cahuzac par Philippe Terneyre, professeur agrégé de droit public à l'université de Pau, et que Le Monde a pu se procurer, il apparaît que l'ancien ministre du Budget Éric Woerth n'a pas enfreint la loi en autorisant la vente de l'hippodrome du Putois à la Société des courses de Compiègne (SCC) pour 2,5 millions d'euros. «Je suis soulagé, a réagi mardi l'ancien ministre du Budget en soulignant l'objectivité de ce rapport commandé par un ministre socialiste. Cette vente était légale et dans l'intérêt général de l'État. J'ai beaucoup été critiqué de façon inju

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mardi 24 juil 2012 à 18:59

    Vente de gré à gré possible, peut-être ?...mais est ce que le prix est correct ?...Là est la question ?...Il y a Tj danger à court-circuiter les institutions au profit du gré à gré qui souvent verse dans la "magouille", et C bien connu !...