Hinkley Point : Londres donne son feu vert aux deux réacteurs nucléaires EPR d'EDF  

le , mis à jour à 11:58
0
Hinkley Point : Londres donne son feu vert aux deux réacteurs nucléaires EPR d'EDF  
Hinkley Point : Londres donne son feu vert aux deux réacteurs nucléaires EPR d'EDF  

Le gouvernement britannique a informé l'Elysée qu'il approuvait le projet de centrale nucléaire d'Hinkley Point dans le sud-ouest de l'Angleterre avec deux réacteurs EPR, porté par EDF.

 

Toutefois, le gouvernement de Theresa May aurait donné son feu vert en posant des conditions pour ce projet de 21,5 milliards d'euros. Selon la BBC, le ministre de l'Economie et de l'Energie Greg Clark fera une déclaration sur ce projet devant le Parlement aujourd'hui.

 

Hinkley Point représenterait la première construction de centrale nucléaire en Angleterre depuis 20 ans avec des réacteurs capable de fournir 7% des besoins britanniques en électricité à un prix garanti par les autorités publiques.  Le démarrage de la construction du premier réacteur serait prévu mi 2019 pour entrer en activité en 2025.  

 

Dans ce dossier au long cours, si le Conseil d'administration d'EDF a validé le 28 juillet 2016 l'engagement du groupe dans la construction de ces deux réacteurs malgré les critiques des syndicats et de certains cadres de l'entreprise, le gouvernement britannique a posé ses conditions. EDF a prévu de construire ces deux réacteurs avec l'appui financier de son partenaire chinois CGN. Or, les autorités britanniques étaient plutôt réticentes de voir des investissements chinois dans son réseau d'électricité compte tenu des risques en matière de sécurité industrielle.

 

Pour donner son feu vert, EDF devra rester majoritaire dans ce projet en apportant les deux tiers du financement et un tiers pour CGN. «Après avoir revu en détail les propositions pour Hinkley Point C, nous allons introduire une nouvelle série de mesures pour améliorer la sécurité et allons nous assurer que Hinkley ne changera pas de mains sans l'accord du gouvernement», a expliqué Greg Clark dans un communiqué. 

 

Un autre point de blocage concernait le tarif de l'électricité négocié entre Londres et EDF. Sur ce point le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant