Hinkley Point-Le CCE d'EDF engage une procédure judiciaire

le
1
    PARIS, 22 juin (Reuters) - Le comité central d'entreprise 
(CCE) d'EDF  EDF.PA  a engagé une procédure judiciaire en vue 
d'obtenir des documents qu'il juge nécessaires pour rendre son 
avis sur le dossier Hinkley Point, a appris Reuters mercredi 
auprès de son secrétaire Jean-Luc Magnaval. 
    EDF a accepté début mai de reporter sa décision finale 
d'investissement dans l'attente de l'avis des élus du personnel 
sur ce projet controversé de construire deux réacteurs 
nucléaires de type EPR en Angleterre.   
    Une réunion du CCE d'EDF est prévue le 4 juillet pour 
recueillir cet avis, qui est seulement consultatif. 
    Les avocats du CCE ont engagé une démarche en vue d'assigner 
EDF en référé afin de le contraindre à laisser les élus 
consulter tous les contrats qu'il a signés avec le gouvernement 
britannique et avec son coinvestisseur, le groupe chinois CGN, a 
précisé Jean-Luc Magnaval. 
    Sans issue d'ici au 4 juillet, le CCE refusera de donner un 
avis sur le projet, a-t-il prévenu, indiquant qu'aucune date n'a 
été fixée jusqu'ici pour une éventuelle audience en justice.  
    Dans une lettre au CCE que Reuters a pu consulter, EDF fait 
valoir qu'il a fourni une information précise et complète aux 
représentants du personnel.   
    EDF, dans une déclaration transmise à Reuters, prend acte de 
la décision du CCE d'engager une démarche en justice et se dit 
"confiant quant à la qualité des informations qu'il a fournies 
au CCE en soutien du projet Hinkley Point". 
    Le groupe rappelle que "plusieurs réunions se sont par 
ailleurs tenues avec les représentants des organisations 
syndicales, donnant lieu à de nombreux échanges". 
     
     
     
 
 (Geert De Clercq, Dominique Rodriguez pour le service français, 
édité par Marc Joanny) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a 6 mois

    Encore une affaire qui va nous mener à la ruine pour le profit de quelques uns. Ca sera une affaire à la URAMIN