Hinault : « Mes dernières fois... »

le
0
Hinault : « Mes dernières fois... »
Hinault : « Mes dernières fois... »

C'est la Der des Ders. Même s'il sera présent au grand départ de Düsseldorf l'an prochain en sa qualité d'ambassadeur du Tour, le Breton, dernier Français vainqueur, a décidé d'abandonner sa fonction au sein du protocole de l'épreuve au terme de la présente édition (du 2 au 24 juillet) qui s'élance demain du Mont-Saint-Michel. Pour sa dernière, il en avait gardé sous la pédale comme le prouve cet entretien.

 

La dernière fois que vous avez fait autre chose que le Tour de France, au mois de juillet ?

BERNARD HINAULT. La seule fois, c'était en 1980 quand j'ai abandonné. C'est l'année où j'ai fait mon fils, qui est né le lendemain de Paris-Roubaix. Pas mal calculé, non ? Pour blaguer, je disais que Joop (NDLR : Zoetemelk, vainqueur cette année-là) m'avait tellement bien payé que je lui ai laissé la place pour aller faire un enfant à ma femme...

 

La dernière fois qu'on vous a pris pour quelqu'un d'autre, voire pas reconnu du tout ?

C'était il y a dix minutes, quelqu'un m'a pris pour Laurent Jalabert, qu'il voulait faire participer à une inauguration... Bah, c'est marrant et je m'en fous éperdument.

 

Votre dernière colère ?

En général, c'est à cause des gens qui sont sans arrêt en train de remettre le dopage en avant. Il se trouve toujours quelques innocents pour relancer les opérations, toujours au départ du Tour de France, et c'est quelque chose que je n'accepte pas. Il y en a une qui va se sentir visée, mais ça me fait bien plaisir... (NDLR : Elise Lucet, à l'origine d'un reportage diffusé dernièrement sur France Télévisions).

 

La dernière fois que vous avez été pris à partie ?

C'est souvent sur le même thème (NDLR : le dopage). Mais je me défends et je défends mon sport. Beaucoup de gens oublient que si on peut trouver des cas positifs dans le vélo, c'est parce qu'il y a des contrôles. Il y a d'autres sports où il n'y en a pas... Et comme par hasard, on se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant