Hillary Clinton soutient l'idée d'un accord commercial UE/USA

le
0
HILLARY CLINTON SOUTIENT L'IDÉE D'UN ACCORD COMMERCIAL UE/USA
HILLARY CLINTON SOUTIENT L'IDÉE D'UN ACCORD COMMERCIAL UE/USA

WASHINGTON (Reuters) - Un accord commercial entre les Etats-Unis et l'Union européenne donnerait aux deux partenaires un élan économique bienvenu en cette période de concurrence mondiale accrue, a déclaré jeudi la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton.

"Si nous faisons cela correctement, un accord qui ouvre les marchés et libéralise le commerce consoliderait notre compétitivité mondiale (...), créerait des emplois et génèreraient des centaines de milliards de dollars pour nos économies", a-t-elle déclaré lors d'un discours à la Brookings Institution.

Ce soutien affiché d'Hillary Clinton à un éventuel pacte commercial semble confirmer que des négociations entre Bruxelles et Washington pourraient commencer dès l'année prochaine.

Le représentant américain au Commerce, Ron Kirk, et le commissaire européen au Commerce, Karel De Gucht étudient la question depuis un an et devraient officiellement recommander l'ouverture de négociations dans un rapport qui sera publié en décembre ou en janvier.

Hillary Clinton a estimé qu'un tel accord permettrait de renforcer les liens commerciaux existant entre les deux puissances, "face aux défis croissants posés à notre modèle économique".

Ensemble, les Etats-Unis et l'Europe réalisent environ la moitié de la production économique mondiale et sont à l'origine de près d'un tiers du commerce mondial. Un tel accord pourrait faire augmenter la production européenne de 122 milliards d'euros par an et faire gagner 0,52% au Produit intérieur brut de l'Union européenne à long terme, selon les estimations de la Commission européenne.

"A une époque où les Etats mesurent leur influence autant par la taille de leur économie que par leur puissance militaire, nous devons prendre conscience du potentiel inexploité du marché transatlantique. C'est autant un impératif stratégique qu'un impératif économique", a ajouté Hillary Clinton.

"Il n'y a peut-être pas de plus grande menace pour notre sécurité et pour notre partenariat transatlantique qu'un avenir marqué par une faible économie d'un côté ou de l'autre de l'Atlantique".

La secrétaire d'Etat américaine a toutefois souligné que la décision finale sur le lancement des négociations n'avait pas encore été prise, les Etats-Unis attendant davantage d'efforts de l'Europe en terme d'accès au marché, a-t-elle ajouté, sans davantage de précisions.

Andrew Quinn, Doug Palmer, Catherine Monin pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant