Hillary Clinton, la malédiction

le
0
A 69 ans, Hillary Clinton sait qu'il n'y aura pas de troisième fois. Le Bureau ovale dont elle a tant rêvé lui est passé définitivement sous le nez.
A 69 ans, Hillary Clinton sait qu'il n'y aura pas de troisième fois. Le Bureau ovale dont elle a tant rêvé lui est passé définitivement sous le nez.

Un drôle d'air de déjà-vu. En 2008, Hillary Clinton était donnée la grande favorite lors des primaires. Elle avait la notoriété, un réseau financier, une expérience inégalée? Mais elle a mené une campagne désastreuse. Son équipe s'est déchirée dans des luttes stériles, est passée à côté des nouvelles technologies, a négligé l'organisation de terrain... Surtout, elle a sous-estimé un jeune sénateur sorti de nulle part avec un message d'espoir et de changement et qui lui a volé, finalement, l'investiture.

Huit ans plus tard, elle se relance dans la course. Parce que l'ex-First Lady est une tenace qui n'abandonne jamais. Elle s'est entourée de nombre d'anciens de l'équipe Obama, a méticuleusement préparé sa campagne, dispose d'une manne de dollars quasi illimitée, du soutien de l'establishment. Elle sait dès le début que ce ne sera pas simple. Les sondages montrent qu'elle est extrêmement impopulaire et suscite de violentes antipathies. Seul un tiers des électeurs la croient « franche et digne de confiance ».

L'obstacle Bernie

Cette fois, lors des primaires, c'est un vieux sénateur socialiste, autant dire un rouge pour les Américains, qui lui fait de l'ombre. « Bernie » a beau être en politique depuis longtemps, il apparaît comme une tête nouvelle à côté des indéboulonnables Clinton. Il promet de grandes réformes révolutionnaires : la gratuité des universités, la réduction...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant