High-tech: la "licorne", une espèce à l'expansion est très rapide

le
0
High-tech: la "licorne", une espèce à l'expansion est très rapide
High-tech: la "licorne", une espèce à l'expansion est très rapide

Les légendes la décrivent comme un animal rare, mais la licorne prolifère dans le secteur technologique: elle y désigne une "jeune pousse" (startup) à plus d'un milliard de dollars, une espèce dont l'expansion est si rapide qu'elle alimente les craintes de nouvelle bulle financière.La licorne high-tech n'était pas si répandue quand Aileen Lee, spécialiste de l'investissement de capital-risque et fondatrice de Cowboy Ventures, a utilisé le terme pour la première fois. Dans un billet fin 2013, elle en décomptait 39, avec une moyenne de 4 "naissances" par an sur la décennie précédente.Moins d'un an et demi plus tard, la société de recherche spécialisée dans le capital-risque CB Insight parle de 53 startups valorisées à plus d'un milliard de dollars aux Etats-Unis, et le magazine Forbes en totalise plus de 80 dans le monde.Les stars émargent à plus de 10 milliards et s'appellent Uber, Snapchat, AirBnB ou Pinterest, suivies par une foule de petites sociétés plus ou moins connues du grand public dont Shazam, Jawbone, Evernote, Square...Les valorisations élevées sont alimentées par un afflux de fonds privés, motivé par l'espoir de découvrir la future pépite du secteur."Il y a de la fébrilité chez les investisseurs qui cherchent le prochain Facebook", estime Rob Enderle, analyste spécialisé dans le secteur technologique. "Mais ce sont des investissements incroyablement risqués. Toutes ces sociétés ne vont pas se faire racheter pour plusieurs milliards de dollars ou faire une entrée en Bourse massive", prévient-il, anticipant "une réduction du troupeau".- Pire qu'en 2000? -"Je pense qu'on aura des morts de licornes cette année", prédisait en mars Bill Gurley, un partenaire de la société de capital-risque Benchmark.Depuis plusieurs mois déjà, iI incite à la prudence sur les licornes, qui ignorent les normes de risque et dépensent beaucoup pour justifier leurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant