High-tech: Devialet veut conquérir le marché mondial du son

le
0
High-tech: Devialet veut conquérir le marché mondial du son
High-tech: Devialet veut conquérir le marché mondial du son

"On a le meilleur son du monde!" Sans fausse modestie, la jeune entreprise française Devialet s'est rapidement fait un nom sur le marché pointu des amplificateurs et des enceintes haut de gamme, et entend maintenant équiper autos et téléviseurs."On s'est dit, quand on a lancé l'entreprise en 2007: +Notre objectif, c'est d'être le leader mondial du son+", raconte son cofondateur et directeur général Quentin Sannié.Le secret? Un amplificateur hybride qui allie la qualité de l'analogique --trop gourmand en énergie-- et la puissance du numérique --relativement lent, et incapable de reproduire les fréquences élevées--, mis au point il y a une dizaine d'années par Pierre-Emmanuel Calmel, à l'époque ingénieur chez l'équipementier en télécoms Nortel."Personne d'autre n'est sur cette voie-là, qui est en fait la bonne voie, la plus prometteuse", se réjouit le chef d'entreprise.Il n'a pas hésité à plonger des investisseurs potentiels dans le noir pour les immerger dans son son, et lever des fonds. Et a encore récolté en juin dernier 25 millions d'euros auprès d'actionnaires tels que Bernard Arnault (PDG de LVMH), Jacques-Antoine Granjon (vente-privée.com), Xavier Niel (fondateur de Free) et Marc Simoncini (fondateur de Meetic).Devialet a vendu son premier ampli en 2010, en remplaçant au pied levé un système défaillant au CES, le grand salon de l'électronique de Las Vegas. L'entreprise parisienne --qui se définit toujours comme une start-up, à huit ans-- en a vendu depuis plus de 10.000. Une gageure, alors que les amplificateurs en question valent de 5.000 à 30.000 euros. "Il y a vraiment un marché de passionnés, prêts à mettre beaucoup d'argent pour cette qualité de son", relève Quentin Sannié. "Surtout des hommes."Tout est fabriqué en France, "pour des raisons de sécurité de notre propriété intellectuelle", précise-t-il. La phase suivante a été en 2013 la mise au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant