High-tech : Awox, le leader français de la maison connectée, va entrer en Bourse

le
0
High-tech : Awox, le leader français de la maison connectée, va entrer en Bourse
High-tech : Awox, le leader français de la maison connectée, va entrer en Bourse

Une pépite française se prend à rêver en plus grand. Awox, une PME de Montpellier (Hérault) spécialisée dans les objets connectés utilisés dans la maison ou la «smart home», a annoncé vendredi son intention d'être cotée en bourse à Paris sur l'indice Euronext.

C'est un mini événement car la société de 42 salariés deviendra la première entreprise européenne d'objets connectés à vouloir lever 17 millions d'euros sur les marchés pour financer sa croissance.

Le projet d'introduction en Bourse a reçu mercredi le visa de l'Autorité des marchés financiers (AMF). En l'absence d'un équivalent européen au Nasdaq, l'indice technologique du NYSE, Awox sera cotée dès le 22 avril sur le compartiment C réservé aux capitalisations inférieures à 150 millions d'euros. «Nous voulons être le leader mondial de la maison connectée d'ici trois ans» ambitionne le PDG Alain Molinié qui a lancé la société en 2003. Premiére étape : séduire les investisseurs.

Une référence mondiale de l'interopérabilité

L'entreprise qui commercialise depuis l'été 2013 des ampoules LED musicales met dans la balance son poids de référence mondiale au sein du DNLA (Digital Living Network Alliance), le standard de connexion entre appareils, du smartphone à la télévision connectée. Les ventes de licences DNLA, 52 millions rien qu'en 2013, ont jusqu'à présent financé les investissements dans des objets connectés comme des enceintes Bluetooth.

Face à la montée en puissance de l'américain Nest Labs, racheté en janvier par Google pour 2,32 milliards d'euros, la PME montpelliéraine veut changer de dimension et se tailler une part du marché des objets connectés évalué à des centaines de milliards d'euros dans les prochaines années. Les entreprises françaises comme Withings, Netatmo ou Parrot sont déjà bien positionnées à l'international mais n'ont pas encore atteint la taille critique.

Recruter des ingénieurs en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant