High-tech: Angela Merkel cultive ses amitiés chinoises au salon de Hanovre

le
0
High-tech: Angela Merkel cultive ses amitiés chinoises au salon de Hanovre
High-tech: Angela Merkel cultive ses amitiés chinoises au salon de Hanovre

Angela Merkel a donné dimanche le coup d'envoi du CeBIT d'Hanovre (nord), salon high-tech majeur où la chancelière allemande a l'occasion de cultiver sa relation privilégiée avec la Chine, invitée d'honneur en pleine révolution numérique.Mme Merkel, qui s'est rendue sept fois en Chine depuis 2005, a rencontré dans la soirée en tête-à-tête le vice-Premier ministre chinois Ma Kai, avant l'inauguration officielle de l'événement. "L'économie allemande ne conçoit pas seulement la Chine comme un partenaire commercial important hors d'Europe, mais aussi comme un partenaire dans le développement de hautes technologies", a-t-elle déclaré dans son discours d'ouverture. Le pays partenaire déploie au salon plus de 600 entreprises (sur 3.300 participants), emmenées par les constructeurs de smartphones comme Huawei, Xiaomi et ZTE, ou le géant du commerce en ligne Alibaba. Le fondateur de ce dernier, Jack Ma, a prononcé l'un des discours d'ouverture.Placé sous le signe de la numérisation de l'économie, le CeBIT sera l'occasion pour les deux partenaires d'aborder des sujets laissés en friche. L'Allemagne a embrassé la thématique de l'"industrie 4.0", nouvelle révolution industrielle qui doit voir ses entreprises adopter objets et outils connectés.Cet agenda allemand "est complémentaire" des réformes adoptées par la Chine, et qui doivent lui permettre de voir son industrie monter en gamme à l'horizon 2025, s'est félicité le Premier ministre Li Keqiang dans un message vidéo enregistré. Il a appelé à "une coopération gagnant-gagnant" entre les deux pays. - 'Recomposition' - Un message repris par le vice-premier ministre Ma Kai, qui a souhaité voir éclore "des collaborations concrètes dans les technologies de l'information et de la communication". Pour le moment "les technologies de l'information tiennent jusqu'ici un rôle de second rang dans la relation entre la Chine et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant